Lorsque vous vous faîtes voler votre carte bancaire, faire opposition ne suffirait pas à empêcher celui qui vous l'a dérober de l'utiliser pour payer sans contact selon 60 Millions de Consommateurs. 

Faire opposition sur sa carte bancaire en cas de vol ou de fraude n’a pas d’effet sur la fonctionnalité "paiement sans contact". 60 Millions de Consommateurs révèle que la procédure d'opposition auprès de votre banque n'a pas d'effet sur la fonctionnalité "paiement sans contact" puisque lors de ces opérations, le terminal de paiement du commerçant n'envoie aucune demande d'autorisation à la banque.

60 Millions de Consommateurs précise qu'il existe quand même des techniques pouvant limiter les fraudes lors de ces paiements, comme le souligne Pierre Chassigneux, directeur des projets et des risques au sein du Groupement des cartes bancaires CB. "Les cartes sans contact intègrent toutes un dispositif de 'gestion du risque'. Un plafond maximal du cumulé de paiements, aux alentours d’une centaine d’euros, est fixé par chaque banque. Les sommes payées via le sans-contact sont additionnées et lorsque le plafond est atteint, le terminal de paiement demande à l’utilisateur d’entrer sa carte et de taper son code confidentiel."

Publicité
Publicité

Le client contraint de surveiller ses comptes

Ce plafond maximal varie selon les agences bancaires. À la Caisse d'Épargne, ce dit plafond des paiements consécutifs en sans-contact est de 80 euros. En cas de vol de carte, la fraude du voleur s’arrêtera donc quand ce montant sera atteint. Parmi les autres protections mises à disposition du client, il y a la loi. L’article L. 133-18 du code monétaire et financier dispose que "le client doit être totalement et immédiatement remboursé par la banque lorsque sa carte est utilisée à son insu sans utilisation du code confidentiel".

Mais pour invoquer ces remboursements, encore faut-il que le client repère les paiements frauduleux et les signale à sa banque. Une démarche fastidieuse selon Audrey, cliente ayant perdu sa carte et victime de débits frauduleux sur son compte. "Je dois donc consulter mon compte tous les jours et, au fur et à mesure, envoyer à ma banque les montants que je conteste !", déplore-t-elle auprès de 60 Millions de Consommateurs.

Une surveillance obligatoire de ses comptes qui peut s’étaler sur plusieurs semaines, voire plusieurs mois, tant que le fameux plafond fixé par la banque n’est pas atteint. Heureusement, la loi laisse aux victimes un délai de treize mois suivant la date du débit pour signaler toute opération suspecte sur leur compte.

En vidéo sur le même thème : Fraudes à la carte bancaire : bientôt un cryptogramme qui change toutes les heures