Contracter de nouveaux emprunts afin de pouvoir rembourser les anciens. Voici l'un des principes de la cavalerie bancaire. Tenter de cacher votre insolvabilité peut toutefois amener à de lourdes sanctions.
Cavalerie bancaire : ce que vous risquez à utiliser ce procédé astucieux mais illégalIllustrationIstock

Peut-être avez-vous déjà eu recours à la cavalerie bancaire, sans même vous en rendre compte. Dépenses imprévus, perte d’emploi, divorce… Lorsque des problèmes financiers surviennent ponctuellement ou à plus long terme, et que l’on a épuisé notre épargne de précaution, on peut très vite prendre de mauvaises décisions. Si à l’instant T, les solutions trouvées pour cacher son insolvabilité peuvent sembler être les plus judicieuses pour remonter la pente, elles ne font, au contraire, qu’envenimer la situation. À commencer par la multiplication des emprunts bancaires ou à la consommation. Souscrire un nouveau prêt pour en rembourser un autre, autant que faire se peut, n’est en effet pas une bonne idée, et ne fera que vous endetter davantage.

D’autant que certains vont beaucoup plus loin.

Cavalerie bancaire : quels sont les différents procédés ?

Emprunts récurrents, fraude sur les dates de valeur des chèques émis, détournement de débit différé des cartes bancaires… Voici les différents moyens de cavalerie bancaire qui peuvent être utilisés pour contourner une insolvabilité, rapporte Capital.

Les particuliers peuvent en effet déposer des chèques non approvisionnés sur des comptes et les retirer aussitôt en espèce par exemple, avant que les banques ne se rendent compte de la supercherie. D’autres jonglent entre les crédits à la consommation, les autorisations de découvert ou encore les cartes à débit différé pour tenter de rembourser leurs dettes. Et ce, jusqu'à ce que l'insolvabilité soit démasquée.

Or, en droit, cela relève de l’escroquerie et du faux en écriture. C’est donc illégal et sanctionnable, que la cavalerie bancaire soit volontaire ou non.

Vidéo : Crédit immobilier : pouvez-vous renégocier votre dossier ?

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.