Une nouvelle vague de chaleur est attendue dans le pays pour la fin de semaine, avec des températures qui vont monter très haut. Si certains la comparent à la canicule de 2003, d'autres se montrent plus prudents. Explications.
Canicule de 2003 : faut-il s’attendre au même scénario cette semaine ?Istock

De la chaleur et encore de la chaleur. Après un été qui a démarré timidement et un mois de juillet qui n’a pas vraiment dépassé les températures de saison, le mois d’août se rattrape ! La vague de chaleur de la semaine dernière a laissé place à un temps plus froid en ce début de semaine, mais ça ne va pas durer. Un nouveau pic de chaleur est attendu dès le jeudi 5 août, annonce Météo France, qualifiant cet épisode de "moins intense mais plus durable" que celui d’il y a quelques jours. La vague qui va traverser le pays sera "plus longue, plus sévère mais pas nécessairement plus intense", ajoute l’institut dans son dernier bulletin.

Vague de chaleur : quelles températures cette semaine ?

A quoi faut-il donc s’attendre pour les prochains jours ? D’après Météo France, les températures commenceront à grimper dès le jeudi 5 août, mais c’est réellement le lendemain que la canicule s’installera. "Les journées de vendredi et de samedi devraient être caniculaires sur l’ensemble du pays, avec des minimales très élevées, de l’ordre d’une vingtaine de degrés et des maximales de 34 à 39°C localement 40°C l’après-midi", ajoute l’institut. Selon les scénarios établis, il y aura de "très fortes chaleurs jusqu’en début de semaine suivante".

Selon les prévisions de Météo France, il fera jusqu’à 37°C vendredi après-midi, 36°C samedi après-midi. Lundi, des spécialistes évoquaient sur Twitter une vague de chaleur comparable à la canicule de 2003, particulièrement meurtrière en France. Faut-il craindre un scénario similaire cette année ? Explications.

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.