Ecouter l'article :

On l'a cru mort dans le Var, puis arrêté en Écosse, retrouvé dans un bus à Versailles... Xavier Dupont de Ligonnès a une apparence assez ordinaire, ce qui lui vaut de nombreux signalements. L'enquête menée par Society rappelle un détail physique propre à l'homme le plus recherché de France... Et revient sur d'autres découvertes non moins perturbantes.
Xavier Dupont de Ligonnès : AFP

Xavier Dupont de Ligonnès : à défaut de le retrouver lui, les enquêtes tombent nez à nez avec le "berceau de Satan"

Les longues recherches des forces de l'ordre les ont parfois traumatisées. Le magazine Society est d'ailleurs abondamment revenu sur certains des détails les plus troublants de l'affaire Dupont de Ligonnès, qui 9 ans après les faits, continue de faire couler beaucoup d'ancre. 

Alors qu'elles traquaient l'homme le plus recherché de France, les forces de polices sont tombées nez à nez avec un berceau vide, qui leur a glacé le sang, résume Closer. Ce dernier, installé chez sa soeur Christine a même été qualifié de "berceau de Satan".

C'est dans la chambre du couple que les enquêteurs ont fait face à cet étrange spectacle. A la place du nouveau-né, une photo d'un enfant "souriant, aux ceveux blonds et aux yeux bleus", rapporte le tabloïd. La soeur du principal suspect de la tuerie de Nantes, membre éminent du Jardin - la secte dont a fait partie Xavier Dupont de Ligonnès -, évoque un "objet de piété", "symbole d'innocence"...

Toujours porté disparu, nul ne sait où est Xavier Dupont de Ligonnès ni même s'il est encore en vie. Suspecté d'avoir assassiné sa femme Agnès ainsi que ses quatre enfants au domicile familial à Nantes, le quinquagénaire a pris la fuite quelques jours après la mort des victimes. Au premier abord, le fugitif a une apparence banale. Cet homme est plutôt grand, il porte des lunettes et a les cheveux bruns… Il ne présente aucune particularité physique permettant de le distinguer d'une autre personne. C'est ce qui le rend si difficile à retrouver. De nombreuses fausses alertes ont été lancées, entre autres à cause de cette confusion.

Mort, arrêté en Écosse... Ces fois où on a cru retrouver Xavier Dupont de Ligonnès

En 2019, Le Parisien revient sur toutes ces fois où l'on a bien cru retrouver Xavier Dupont de Ligonnès. Le signalement le plus récent - mais aussi le plus retentissant - a lieu à l'aéroport national de Glasgow en 2019. Guy Joao, victime de cette fausse alerte, est pris pour le fugitif et est arrêté.

Avant cet événement, de nombreux témoignages affirmaient déjà avoir croisé ou aperçu l'auteur présumé du quintuple meurtre. Le premier survient deux mois à peine après sa disparition, à Versailles dans les Yvelines. Une proche de la famille de Ligonnès affirme avoir vu le quinquagénaire et l'a pris plusieurs fois en photo. Quelques heures plus tard, dans une commune de l'Essonne située à une vingtaine de kilomètres de Versailles, une autre femme assure également l'avoir aperçu. 

La première grosse alerte est donnée en juin 2013 quand un corps en décomposition est retrouvé à quelques kilomètres de l'endroit où Xavier Dupont de Ligonnès avait été aperçu pour la dernière fois, dans le Var. Finalement, les ossements ne correspondent pas. 

Quelques années plus tard, en janvier 2018, un moine est pris pour le fugitif. Une opération policière est alors menée au monastère Saint-Désert-des-Carmes à Roquebrune-sur-Argens. Ces recherches font suite au signalement de deux femmes qui pensaient avoir retrouvé Xavier Dupont de Ligonnès. Jean-Marie Joseph, victime de cette fausse piste, confiait alors : "Certaines choses peuvent correspondre, certes, comme la taille - je mesure 1,82 m - ou l'âge - j'ai 53 ans -. Pour le reste, je ne lui ressemble pas du tout".

Toutefois, l'enquête de Society consacrée à l'affaire révèle qu'au moment de s'évader, le père de famille a été aperçu par plusieurs témoins. En effet, un détail très discret permettrait bien de repérer Xavier Dupont de Ligonnès : une dent manquante. Dans son édition long format rapportée par Gala, le magazine rappelle que, lorsqu'il était petit, une dent faisait défaut au suspect. Un élément à peine notable, qui a pourtant permis à des passants de reconnaître le criminel…

"La deuxième du côté gauche, je crois"

Jocelyne H. était hôtesse de caisse dans une station-service de Lançon-Provence, sur une aire d'autoroute. Le 26 avril 2011, elle remarque qu'il manque une dent à son client : "La deuxième du côté gauche, je crois", raconte-t-elle aux enquêteurs. Cette rencontre survient cinq jours après que les corps de la femme et des enfants de Xavier Dupont de Ligonnès ont été retrouvés, enterrés dans le jardin. Le 10 mai de la même année, un mandat d'arrêt international est délivré contre Xavier Dupont de Ligonnès.

D'autres témoins ont affirmé avoir reconnu le fugitif courant avril 2011. Pour rappel, les enquêteurs estiment que les dernières traces de vie laissées par cet homme datent du 15 avril 2011. Il s'agit d'images le montrant en train de retirer de l'argent à un distributeur de billets à Roquebrune-sur-Argens dans le Var. 

 

Vidéo : Xavier Dupont de Ligonnès : ce tueur américain qu'il aurait pu imiter

Obtenez gratuitement votre guide mutuelle senior 2020 pour réaliser des économies !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.