Un homme a été retrouvé décapité à l'entrée d'une entreprise à Saint-Quentin-Fallavier (Isère). Un drapeau de l'Etat islamique a été retrouvé sur place. Un individu, connu des services secrets, a été interpellé.

Selon les premières informations, un homme a fait irruption en voiture peu avant 10 heures dans l'usine Air Products, située à Saint-Quentin-Fallavier (Rhône), avant de perctuer des bombones de gaz. Une forte explosion suivie d'un incendie sont survenus ensuite.

Un homme a été décapité à l'intérieur de la cour, sa tête ayant été retrouvée grimmée de plusieurs inscriptions en arabe à plusieurs dizaines de mètres de son corps, accrochée au grillage de l'enceinte de la société. Selon les informations d'un journaliste de Francetv info, la victime décapitée serait le patron du principal suspect, employé d'une société de livraison. Par ailleurs, deux blessés sont à déplorer.

A lire aussiTerrorisme : deux attentats étaient prévus en région parisienne

Un individu connu de la DGSI interpellé

Deux drapeaux de l'Etat islamique, un blanc un noir, ont été retrouvés sur les lieux.

Un individu connu des services de la DGSI (les services de renseignement français) a été interpellé, selon le Dauphiné. Il s'appelle Yassine Salhi, 35 ans. Selon France 2, une opération du RAID est en cours au domicile de l'auteur présumé de l'attentat.

Air Products est une société américaine qui fabrique du gaz. L'usine visée était classée Seveso, comme quatre autres sites de la zone industrielle, mais au "seuil bas". Deux sites de la zone, entreposant des produits dangereux, sont en revanche classés "seuil haut", selon Francetv Info.

Bernard Cazeneuve se rend sur place

Un important dispositif de sapeurs-pompiers de gendarmerie est actuellement sur place. Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a indiqué qu'il se rendrait "immédiatement" sur place. Le procureur de la Vienne est déjà sur les lieux. Le Premier ministre, Manuel Valls, ordonne une "vigilance renforcée" sur tous les sites sensibles de Rhônes-Alpes. D'après le Point, le GIGN aurait été envoyé sur le site de l'attentat.

Publicité
Le président de la République, François Hollande, qui se trouvait à une réunion à Bruxelles aurait quitté, selon France 2, le sommet européen après cet attentat en Isère. Il doit s'exprimer dans l'après-midi.

Plus d'informations à venir....

Vidéo sur le même thème : Le récit d'un témoin de l'attentat : "On a entendu une forte détonation"