Société
Plusieurs personnes présentes sur les Champs-Elysées au moment de l’attentat de jeudi soir ont raconté ce qu’elles avaient vu. Des témoignages qui font froid dans le dos. 
Société
Jeudi soir vers 21 heures, un homme a fait feu sur une patrouille de police en plein cœur de Paris, sur les Champs-Elysées. Une attaque terroriste qui a déclenché un vent de panique dans le quartier de la célèbre avenue et qui a rapidement été revendiquée par l’Etat islamique. Le point sur ce que l’on sait. 
International
Avant la Suède vendredi, plusieurs villes européennes ont été attaquées par les terroristes depuis quelques mois avec ce mode opératoire. Une méthode privilégiée par l'Etat islamique. 
Société
Europol révèle que les terroristes pourraient frapper encore plus fort dans les mois à venir. Surtout, ils pourraient utiliser une autre technique pour nous piéger.
Société
Dans un communiqué transmis au journal Corse Matin, le mouvement clandestin nationaliste a adressé un message à l’Etat islamique. Le FLNC le menace clairement de lourdes représailles s’il décide de s’en prendre à l’île de Beauté.
Société
Alors que le groupe Etat islamique a menacé Marseille dans une vidéo diffusée mercredi, ses habitants, via Twitter, se sont moqués de Daech. Découvrez les meilleurs Tweets des internautes.  
Vidéos à la une
L'Etat islamique a revendiqué l'attentat de Nice dans un communiqué via son agence de presse. Patricia Allémonière, chef du service Etranger de TF1, a précisé : "en général, le groupe islamiste ne revendique jamais un acte auquel il n'est pas relié d'une façon ou d'une autre. L'auteur de l'attentat n'est pas seulement félicité, il est qualifié de soldat de l'Etat islamique. Dans le jargon djihadiste, soldat n'est pas un combattant envoyé par la centrale, il serait alors qualifié de lion, le soldat est un sympathisant qui répond aux appels aux meurtres"
Vidéos à la une
Aucune revendication n'a été exprimée vendredi midi sur l'attentat perpétré à Nice jeudi soir. Mais le mode opératoire, un individu seul dans une voiture, a été prôné il y a plusieurs mois déjà par Daesh, rappelle Régis Le Sommier, directeur adjoint de la rédaction de Paris Match. 'On peut se dire que là ils ont trouvé un mode opératoire qui ne sacrifie qu'une seule personne et qui fait un maximum de dégâts', craint le journaliste.
Vidéos à la une
L'Arabie saoudite a été touchée par trois attentats au dernier jour du ramadan. Trois explosions ont eu lieu dans la ville chiite de Qatif et dans la ville sainte de Médine. On déplore deux morts en plus des kamikazes. Les premiers éléments pointent l'EI mais Daech n'a pas revendiqué l'attentat pour le moment.
Vidéos à la une
Lundi, un policier et sa compagne ont été tués en région parisienne, par un homme se revendiquant appartenir à l'Etat islamique. Ce qui relance une fois de plus la polémique sur l'effet de l'islam dans notre société. Mais l'on se demande également si le gouvernement est encore apte à nous protéger. Pour Laurent Neumann, il est important de mettre des mots sur chaque situation, mais les propos démagogiques qu'on entend à chaque drame ne sont pas justifiés. Il souhaiterait que les responsables politiques, surtout ceux dans l'opposition, expliquent aux Français que le risque zéro n'existe pas. Eric Brunet, lui, blâme la politique pénale de Christiane Taubira. Sa philosophie de la sanction en France va à l'encontre de la situation actuelle. Il faudrait donc revoir nos mesures de prévention et de sanction. - Bourdin Direct, du mercredi 15 juin 2016, sur RMC.
Vidéos à la une
Un vaste périmètre se trouvait toujours autour du domicile des victimes mardi matin. Lundi vers 20h30, un individu a poignardé à plusieurs reprises un commandant de police, il s'est ensuite introduit à l'intérieur du domicile du fonctionnaire. Avant d'être tué dans une intervention du Raid. Le corps sans vie de sa compagne a été retrouvé. Les enquêteurs vont maintenant tenter de comprendre quelles étaient les motivations de cet homme, qui s'est revendiqué du groupe Etat islamique.
Vidéos à la une
Les forces irakiennes ont lancé lundi matin leur offensive pour reprendre Falloujah afin de libérer la cité. Occupée depuis janvier 2014 par l'Etat islamique, cette ville à une cinquantaine de kilomètres à l'ouest de Bagdad fut la première du pays à tomber aux mains de Daech. Les combattants de l'Etat islamique n'hésitent pas à utiliser les civils comme bouclier humain. Le gouvernement irakien a donc déployé de nombreux moyens humains et matériels.
Vidéos à la une
Manuel Valls inaugurait dimanche la nouvelle muséographie du Mémorial des martyrs de la déportation, à Paris. Lors de son discours, le Premier ministre a de nouveau appelé à combattre le terrorisme islamiste, "nouvelle idéologie du chaos" après celle qui a sévit lors de la Seconde guerre mondiale. "Bien sûr, les comparaisons historiques ont leurs limites. Mais ne nous trompons pas : le combat qui fut livré, hier, contre l'infâme, nous devons le livrer, aujourd'hui, à notre tour", a insisté le chef du gouvernement.
Vidéos à la une
L'un est photographe danois, l'autre journaliste syrien. Daniel Rye et Louai Abu-al-Joud ont tous deux été emprisonnés par Daech. Le premier avait pour voisin de cellule James Foley, l'otage américain sauvagement décapité. Libres, ils racontent l'horreur de leur quotidien. Crédit : EVN.
Vidéos à la une
Environ 4000 Européens sont partis faire le djihad en Syrie. De quels pays sont-ils partis et qui sont ces hommes et ces femmes qui ont rejoint...
Vidéos à la une
Daesh recule en Irak mais riposte en multipliant les attentats. A Bagdad, on en compte au moins un par jour. Une ville touchée par le terrorisme islamiste depuis 10 ans. Reportage des envoyés spéciaux de BFMTV en Irak à retrouver en intégralité lundi soir dans Grand Angle.
Vidéos à la une
Les attentats de Bruxelles ont mis en lumière une nouvelle fois la radicalisation islamiste de jeunes Belges. Ils seraient plusieurs centaines à être allés grossir les rangs de l'Etat Islamique. C'est le cas de Nora qui a quitté la Belgique pour rejoindre l'organisation terroriste en 2013. A peine majeure, elle est partie avec son petit ami, belge lui aussi. "Elle parlait comme un robot, disait se sentir inutile", décrit sa mère qui n'a plus de nouvelles de sa fille. Tous les terroristes liés aux attentats de Bruxelles et de Paris avaient séjourné (ou bien tenté un départ) en Syrie avant leur passage à l'acte. Proportionnellement à sa population, la Belgique est le plus gros fournisseur de recrues européennes pour l'Etat islamique.
Vidéos à la une
Malgré sa libération des griffes de Daech par l'armée syrienne dimanche 27 mars, la cité antique de Palmyre garde des cicatrices profondes. Le joug exercé pendant près d'un an par l'organisation Etat islamique sur ce berceau de la civilisation pré-islamique a laissé des traces : la folie destructrice des jihadistes et les combats intenses ont débouché sur des pertes inestimables d'un point de vue archéologique.
Vidéos à la une
C'est une réaction courante pour l'Organisation de l'État islamique : lorsque le groupe jihadiste est mis en difficulté sur le plan militaire, il multiplie les attentats à la voiture piégée pour semer le trouble et traumatiser les populations. Rien que le mois dernier, plus de 200 personnes ont été tuées de cette manière en Syrie, la plupart du temps des civils.
Vidéos à la une
L'armée régulière syrienne, appuyée par le Hezbollah libanais, a repris aux soldats de l'Organisation état islamique (EI) la ville syrienne de Palmyre. Mais la cité antique est encore déserte car l'EI aurait miné toute la ville. Classée au patrimoine de l'Unesco, Palmyre a subi de nombreuses destructions. Sa reconquête ouvre à l'armée syrienne la route vers le nord et l'est du pays.
Vidéos à la une
Alors que l'armée officielle syrienne a repris Palmyre des mains de l'Etat Islamique, Bachar el-Assad s'est félicité de cette victoire, devant des députés français notamment.
Vidéos à la une
L'armée de Bachar al-Assad, appuyée par la Russie et le Hezbollah, affirme dimanche avoir réussi à reconquérir la ville de Palmyre, en Syrie. Tombée aux mains de l'organisation Etat islamique il y a près d'un an, la cité millénaire avait été la cible de destructions archéologiques à répétition orchestrées par les hommes de Daech. Découvrez les images de la ville désormais libérée diffusées par la TV officielle syrienne.
Vidéos à la une
L'armée de Bachar al-Assad, appuyée par la Russie et le Hezbollah, affirme dimanche 27 mars avoir réussi à reconquérir la ville de Palmyre, en Syrie. Tombée aux mains de l'organisation Etat islamique il y a près d'un an, la cité millénaire avait été la cible de destructions archéologiques à répétition orchestrées par les hommes de Daech. Découvrez les images de la ville désormais libérée.
Vidéos à la une
Les adolescentes représentent la majorité des Français mineurs partis vivre au sein de l'organisation État islamique (EI). Les chercheurs qui se sont penchés sur les raisons de cet embrigadement au féminin pointent un grave manque de repère, fréquent chez les adolescents, mais aussi la nécessité pour les membres de l'EI de faire venir des femmes afin de pérenniser leur système sociétal.
Vidéos à la une
L'envoyé spécial de TF1 à Bruxelles Pierre Baretti explique que si l'homme inculpé ce samedi refuse de parler les enquêteurs pourront se servir du témoignage visuel du chauffeur de taxi qui l'a conduit à l'aéroport mais aussi du sac qui contenait des explosifs et sur lequel il reste peut-être des empreintes. Enfin, il ne faut pas négliger la possibilité que Fayçal Cheffou fasse des aveux.
Vidéos à la une
Fayçal Cheffou, 31 ans, a été inculpé ce samedi pour assassinat terroriste. Il serait le 3e membre du commando de l'aéroport. Interpellé jeudi à 18h alors qu'il se trouvait devant le parquet fédéral de Bruxelles, il a été identifié par confrontation visuelle avec le chauffeur de taxi qui l'avait déposé. Il se présentait comme un journaliste indépendant. Il aurait déjà été inculpé à 18 ans pour recel, association de malfaiteurs et meurtre.
Vidéos à la une
Le TATP, pour "triperoxyde de triacétone", mieux connu dans les cercles jihadistes sous le nom de "mère de Satan", est l'ingrédient favori des terroristes islamistes pour fabriquer leurs bombes. Au cours des dernières perquisitions, à Argenteuil (Val d'Oise) et Schaerbeek (Belgique), de l'acétone et de l'eau oxygénée ont été retrouvées par les enquêteurs. Deux ingrédients facilement disponibles dans le commerce et qui entrent dans la composition du TATP, un explosif qui prend la forme d'une poudre blanche et qui a été utilisé par les kamikazes durant les attentats de Paris et de Bruxelles.
Vidéos à la une
Quelques heures près les attentats de Bruxelles, toute l'Europe a renforcé sa sécurité. À Londres, les autorités ont renforcé leur présence autour de la gare Saint-Pancras. À Amsterdam, les vols vers Bruxelles ont été annulés et les militaires déployés dans l'aéroport. L'Allemagne a de son côté renforcé ses contrôles aux frontières.
Vidéos à la une
Spécialiste de politique étrangère, Michel Scott a décrypté le but ultime du groupe État islamique en exécutant des attaques meurtrières comme celles survenues à Bruxelles mardi matin. Le Royaume-Uni, l'Espagne, la France se savaient menacées. La Belgique semblait jusque-là hors d'atteinte, mais "la nouvelle volonté belge d'agir" a poussé Daech à attaquer.
Vidéos à la une
Mardi, l'exécutif français emmené par François Hollande a suivi de près l'évolution de la situation à Bruxelles. Mais, au sein de la classe politique, les attentats perpétrées mardi matin ont relancé le débat sur les mesures à prendre face au terrorisme. À l'Assemblée, la droite a mis la pression sur l'exécutif français. Le Premier Manuel Valls a laissé la porte ouverte à des gages de fermeté. Le FN a lui fait d'autres demandes, réclamant notamment la fermeture des frontières.

Pages

Publicité