Dans son magazine de propagande, l'organisation Etat islamique vise directement le parti de Marine Le Pen et parle de ses militants comme des "cibles de premier choix". 

Dans le dernier numéro de son magazine de propagande à l'usage de francophones "Dar-al-islam", l'organisation Etat islamique s'en prend directement aux militants du Front national. A l'intérieur de ce magazine, une photo d'un rassemblement du parti de Marine Le Pen le 1er mai dernier est publiée avec la légende suivante : "Rassemblement d'idolâtres du FN. Des cibles de choix."

Les responsables du parti d'extrème droite ont immédiatement réagi comme Nicolas Bay, le secrétaire national du FN, qui s'est exprimé sur Twitter : "Manifestations du FN dans la ligne de mire de l'État islamique... Satisfait Manuel Valls?". De son côté, Florian Philippot a lui aussi réagi en twittant : "À travers le Front national, Daech s'en prend à la France".

"La question n'est plus de savoir si la France sera de nouveau frappée par des attentats..."

Dans le numéro 8 de ce magazine de propagande paru le 6 février,  Daech évoque sur une centaine de pages les attentats de Paris et réflechit sur les cibles à venir . "La question n'est plus de savoir si la France sera de nouveau frappée par des attentats (…) Les seules questions pertinentes concernent les prochaines cibles et la date", est-il écrit.

Pour Romain Caillet, expert en questions islamistes, certains slogans faisant un parrallèle entre l'organisation islamiste et le parti d'extrème droite seraient à l'origine de ces menaces. Lors des élections régionales, François Patriat, ancien président de la région Bourgogne avait déclaré : "Voter FN, c'est voter Daech". "Le slogan irresponsable 'Voter FN, c'est voter Daesh' a peut-être agacé les djihadistes et provoqué ces menaces dans le magazine de l'#EI", a jugé l'expert sur son compte Twitter.

A lire aussi : Photos choc de Daech : Bourdin répond avec humour à Marine Le Pen

Publicité
Il y a peu de temps également, le journaliste Jean-Jacques Bourdin avait lui aussi été la cible du Front national après avoir fait sur RMC et BFM TV, selon le parti, un parrallèle entre la montée du Front national et celle du djihadisme. Les déclarations du journaliste avaient mis en rogne la présidente du parti frontiste qui avait alors posté sur Twitter des photos de propagande de Daech montrant des crimes horribles perpétrés par l'organisation dont l'image de la décapitation du journaliste américain James Foley. Les photos étaient accompagnées de la légende : "#Daesh c’est ÇA !" 

En vidéo sur le même thème : Ces Françaises ont rejoint Daech, elles tentent aujourd’hui d’en échapper grâce à l’aide d’activistes 

Publicité