Un peu plus de 2 400 mots vont être modifiés à partir de la rentrée scolaire de 2016-2017. Au programme : trait d’union en moins, orthographe modifiée mais aussi accent circonflexe supprimé sur certains mots…

L’annonce a fait l’effet d’une bombe. A partir de la rentrée scolaire 2016-2017, les manuels scolaires vont être modifiés pour permettre la modification orthographique d’environ 2 400 mots afin de les rendre plus facile à écrire, a indiqué mercredi TF1.

Au programme : suppression du trait d’union dans certains mots tels "week-end", "mille-pattes", "porte-monnaie" ; "simplification" orthographique de certains mots, "nénuphar" pourra désormais s’écrire "nénufar" ; et la suppression des accents circonflexes sur les voyelles "u" et "i", mais en les laissant dans certains cas bien précis : pour conjuguer au passé simple et à l’imparfait et au plus-que-parfait du subjonctif, et enfin lorsque l’accent apporte une distinction utile (ex : jeûne et jeune).

Vous l’aurez compris, l’accent circonflexe va donc disparaître par exemple… sur le mot "disparaître", pour devenir "disparaitre". Mais au fait, à quoi sert ce particularisme français qui veut que sur certaines voyelles on mette des petits chapeaux, appelés accents circonflexes ?

Une utilisation plurielle

L’accent circonflexe est l’un des trois accents (tréma mis à part) utilisés dans la langue française avec l’accent grave et aigu. En graphie, le "chapeau" est la conjugaison de l’accent aigu et de l’accent grave. Son apparition dans la langue française remonterait au milieu du XVIe siècle avant que l’imprimeur français Christophe Plantin (1520-1589) ne systématise son usage pour remplacer la lettre "s" dans un mot.

Publicité
C’est ainsi que le mot "hôpital" s’écrivait en ancien français – "françois", disait-on à l’époque – "hospital". D’ailleurs, on retrouve cette survivance graphique dans l’adjectif "hospitalier" qui conserve le "s". De même pour "fête" qui donne l’adjectif "festoyer" ou encore "forêt", qui donne "forestier". Mais l’accent circonflexe a aussi été employé pour permettre une distinction entre deux mots à la signification différente : jeûne et jeune, sûr et sur, ou encore dû et du. Dans les autres cas, l’utilisation du chapeau a été faite pour modifier la prononciation des mots.

Vidéo sur le même thème : Les Français et l'orthographe, une difficile histoire d'amour 

 

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité