Apparaissant le visage masqué et vêtues d’une tunique, sept jeunes femmes postent des vidéos musicales qui ciblent entre autres les soixante-huitards ou les francs-maçons.

Dans la galaxie des féministes "de droite", il y avait les Antignones, ces femmes vêtues d’une toge antique et proches de la Manif pour tous. Il y a désormais les "Brigandes", nous apprend Le Point.

Il s’agit de sept jeunes femmes apparaissant, le visage masqué d’un loup noir et vêtues de tuniques, dans des vidéos postées sur la plateforme Youtube Le Comité de Salut Public où elles exécutent des chansons pop. Leur nom, "Les Brigandes", est un hommage aux insurgés royalistes vendéens pendant la Révolution française. Elles sont ainsi proche des thèses de la droite conservatrice voire complotiste, comme en témoigne les thèmes de leurs chansons.

Le nouveau visage de la "chanson contestataire mal pensante"

Ainsi, dans Antifa (abréviation commune d’antifascistes, groupuscules d’extrême gauche), on peut entendre ces paroles, sous-titrées en allemand sur la vidéo : "Une jeune fille lisait sa Bible dans le train / Des bronzés livides ont commencé leur jeu malsain." De même, Comment on devient américain fait allusion à "l'arnaque [des attentats] du 11 Septembre".

A lire aussi - Christiane Taubira : une icône adulée ou détestée

Ces filles masquées se veulent le nouveau visage de la "chanson contestataire mal pensante", comprenez réactionnaire. Comme cette mouvance, le président Russe Vladimir Poutine à leurs faveurs. C’est ainsi qu’"elles ont vite émoustillé les sites d'extrême droite", explique l’hebdomadaire. Dans cette vidéo, Marianne, la chef de file du groupe, explique l'origine du groupe musical et égrene ses adversaires : l'extrême gauche, "ceux qui nous envahissent", les francs-maçons, etc.

"Elles vivent dans une sorte de colocation géante avec leurs compagnons et enfants"

Publicité
Louis-Henri de la Rochefoucauld, écrivain et chroniqueur à Technikart, est le seul journaliste à avoir pu pénétrer le groupe musical qui vit en communauté dans le Languedoc-Roussillon. "Elles vivent dans une sorte de colocation géante avec leurs compagnons et enfants. Tout l'argent est mis en commun, explique-t-il au Point. Personne ne travaille vraiment. Ils se consacrent entièrement au projet des Brigandes. Marianne écrit les textes, son mari Maxime compose la musique, les filles jouent de la harpe ou de la guitare. Leurs compagnons s'occupent de la réalisation des clips, du montage ou des envois de CD. À chacun sa tâche."

Vidéo sur le même thème : Le retour de la Manif pour tous

Publicité