Le Salon de l'agriculture a lieu en ce moment à Paris, l'occasion de s'intéresser plus encore à une profession en perpétuelle crise. 

La 54e édition du Salon de l'agriculture a débuté samedi dernier, et une nouvelle fois, François Hollande a été chahuté par une profession en perpétuelle crise. Mais au fait, combien gagnent les agriculteurs chaque mois ?

A lire aussi Salon de l’agriculture 2017: découvrez Fine, la nouvelle mascotte !

Comme le rapportait Le Figaro en octobre dernier, la Mutualité sociale agricole (MSA) - le régime de protection sociale des agriculteurs - indiquait que plus de la moitié des paysans imposés au régime réel risque de déclarer des revenus inférieurs à 354 euros par mois en 2016. Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture, avait confirmé ces chiffres, déclarant alors que la situation était "grave".

En 2015, ils étaient "seulement" 30 % à gagner moins que 354 euros

En 2015, la situation était aussi alarmante avec 30% d'agriculteurs déclarant des revenus mensuels équivalents à 354 euros ou moins, contre 18% en 2014 (+66%). "C'est le montant à partir duquel, les agriculteurs peuvent demander à la MSA un report de cotisations sociales", souligne le journal. Interrogé, le patron de la MSA, Pascal Cormery, précise que "le revenu agricole comprend la somme des produits de l'exploitation y compris les aides européennes auxquels on retranche les charges afférentes à l'exploitation mais avant les prélèvements privés de l'agriculteur".

Publicité
Invitée mardi des Grandes Gueules sur RMC, Isabelle Saporta, journaliste et auteur de plusieurs livre sur le monde agricole, déclarait : "Depuis le lendemain de la Seconde Guerre mondiale, on a fait le choix de subventionner les industriels", au détriment des paysans. "Aujourd'hui, la fabrication d'un litre de lait leur coûte plus cher que ce qui leur est payé !", a dénoncé la journaliste, pointant du doigt "les dommages collatéraux de l'agriculture productiviste" sur l'environnement.

Vidéo sur le même thème : Avant l'ouverture du salon de l'Agriculture les vétérinaires à pied d'uvre