Conso
Pour déterminer le prix de leur brique de lait, les créateurs de la marque "C’est qui le patron ?" ont décidé d'en appeler aux consommateurs. Découvrez comment le système fonctionne.
Vidéos A la une
Sites webs/blogs, copiez cette vidéo avec le bouton "Intégrer" ! Si vous voulez télécharger, allez sur http://myreplay.tv/v/gSXu6r1r . Entre 300 et 400 agriculteurs se sont mobilisés dans le calme au Mans dans le cadre de leur combat pour un meilleur revenu. Plus sur http://wizdeo.com/s/lemanstv . Pour exploitation TV, droits réservés, nous contacter sur http://wizdeo.com/s/banqueimages
Vidéos A la une
François Hollande a promis 650 millions d'euros aux policiers et aux gendarmes pour leurs primes de risque. Chaque année, il doit également 500 millions d'euros aux jeunes et a fait des promesses aux agriculteurs ainsi qu'aux fonctionnaires. Selon Eric Brunet, le président de la République fait des cadeaux à tout le monde. Et c'est suicidaire puisque la France est très endettée. Laurent Neumann, lui, estime que les pensées de François Hollande à travers ces cadeaux ne sont pas celles que l'on croit. Il fait de la politique. - Bourdin Direct, du mercredi 13 avril 2016, sur RMC.
Vidéos A la une
Sites webs/blogs, copiez cette vidéo avec le bouton "Intégrer" ! Si vous voulez télécharger, allez sur http://myreplay.tv/v/PsflX0gd . Le ministre de l'Agriculture, ...
Vidéos A la une
Sites webs/blogs, copiez cette vidéo avec le bouton "Intégrer" ! Si vous voulez télécharger, allez sur http://myreplay.tv/v/SNGtqqEG . Une rencontre a été ...
Vidéos A la une
Alain Juppé, présent au Salon de l'agriculture ce jeudi, s'est attaqué à Nicolas Sarkozy, qui a proposé dans le Parisien "un plan Marshall pour sortir la ruralité de cet abandon". Le maire de Bordeaux s'est moqué de cette idée en ironisant que "le Plan Marshall, c'était au 19e siècle", avant de se corriger et d'y rajouter un siècle. Il a également souligné qu'il était souvent présent sur le terrain. "J'ai beaucoup parlé avec les agriculteurs, pour moi l'agriculture est un atout majeur de notre pays", a-t-il déclaré.
Vidéos A la une
Moins chahuté que François Hollande lors de l'inauguration du Salon de l'agriculture, Manuel Valls a tout de même été reçu, ce lundi, dans une ambiance tendue. Accompagné de Stéphane Le Foll et d'un important service de sécurité, le Premier ministre a été pris à parti par des producteurs soucieux de le sensibiliser à la crise du secteur agricole. Mais c'est le ministre de l'Agriculture qui a essuyé sifflets et quolibets à chaque prise de parole. "T'as rien compris Le Foll, va te cacher", ont lancé certains éleveurs en colère. Cette visite intervient à quelques heures de la fin des négociations commerciales entre les industriels et la grande distribution, accusés de tirer les prix vers le bas.
Vidéos A la une
Manuel Valls s'est rendu ce lundi matin au Salon de l'agriculture deux jours après la visite mouvementée de François Hollande, chahuté par les agriculteurs. Dialoguant avec un éleveur, le Premier ministre a appelé à une solidarité entre tous les acteurs des filières, des industriels aux agriculteurs.
Vidéos A la une
Le secrétaire général adjoint des Jeunes Agriculteurs Samuel Vandaele a déclaré sur le plateau de BFM Story ce vendredi qu'il était "facile de rejeter la faute sur les autres", à propos du gouvernement qui assure ne pas pouvoir agir sans l'Europe. "Aujourd'hui, on a besoin d'un gouvernement qui va à Bruxelles. Un certain lobbying doit être fait par nos hommes politiques, avec d'autres ministres de l'Europe, pour faire avancer le problème", a affirmé Samuel Vandaele, qui a ajouté vouloir "du bon sens".
Vidéos A la une
Une soixantaine d'agriculteurs ont bloqué un supermarché de Savigné-sur-Lathan. Objectif: contrôler les prix et l'origine de certains produits.
Vidéos A la une
À moins d'une journée de l'ouverture du Salon de l'agriculture, les exposants s'attellent aux derniers préparatifs, malgré un moral en berne. En pleine crise agricole, beaucoup d'entre eux ont fait le déplacement pour une seule raison, les milliers de visiteurs attendus, et certainement pas pour satisfaire les politiques. Certains espèrent pourtant que l'événement réveillera les consciences sur leur situation.
Vidéos A la une
Malgré un secteur est en pleine crise, les apprentis agriculteurs ne se laissent pas décourager. Néanmoins, ils ont compris que la filière était en pleine mutation, ils cherchent donc à s'adapter en acquérant de nouvelles armes. Beaucoup souhaitent poursuivre leurs études plus longtemps, notamment pour mieux maîtriser la partie administrative du métier. Ce qui motive ces jeunes, c'est avant tout la passion du métier, elle prime sur les difficultés à venir.
Vidéos A la une
Invité de BFMTV et RMC ce vendredi matin, Xavier Beulin s'est exprimé sur la crise agricole. Le président de la FNSEA a souligné le rôle de la "guerre des prix entre les enseignes", dans la dégradation de la situation des agriculteurs. Pour lui, "le consommateur est le grand gagnant de ce dispositif", mis en place par la distribution. "Sur 100 euros de valeur alimentaire dans votre panier, 7 euros 50 reviennent aux paysans", a indiqué le patron du principal syndicat agricole. "On se nourrit avec quasiment plus rien aujourd'hui", a-t-il estimé, ajoutant que la valeur du panier alimentaire moyen représentait moins de 10% des dépenses quotidiennes du consommateur.
Vidéos A la une
Alors que le commissaire européen à l'agriculture rencontrait Manuel Valls et Stéphane Le Foll jeudi, les agriculteurs de Bretagne et de Normandie ont décidé de maintenir la pression sur le gouvernement. Ils ont manifesté et bloqué des routes durant toute la journée. À l'origine du mouvement, la FNSEA demande un plan d'urgence européen.
Vidéos A la une
La colère des agriculteurs continue de gronder alors que le salon de l'Agriculture ouvre ses portes samedi. Et si la solution pour sauver la filière agricole se trouvait dans le bio? C'est l'opinion de Philippe, un éleveur de porcs labellisé bio. De l'alimentation des bêtes à la négociation des prix avec les distributeurs, il estime contrôler sa production de A à Z. Il vend aussi directement aux consommateurs qui sont prêts à mettre le prix pour la qualité des produits et la proximité avec les producteurs. Selon un récent sondage, pour huit français sur dix les conditions d'élevage des animaux représentent l'un des critères les plus importants lors des achats.
Vidéos A la une
François Thomelin, fait partie de la trentaine d'agriculteurs qui a sonné chez Stéphane Le Foll dimanche soir, au Mans. "On est allé pour lui faire part de notre désarroi, on subit la crise de plein fouet", a expliqué le producteur qui vend son lait à 26 centimes le litre. Si d'un côté il a dit espérer de la compréhension de la part du ministre de l'Agriculture, l'éleveur a par ailleurs confirmé que les actions continueraient. "Nous n'avons plus rien à perdre. On n'a plus de revenu, plus de salaire", a-t-il ajouté, laissant poindre le désespoir de sa profession.
Magazine
Une photo de Stéphane Le Foll avec des agriculteurs en colère prise par un photographe de l'AFP est en train de faire le tour du web. Digne d'une mise en scène pour une affiche de film ou une pochette d'album, les internautes n'ont pas manqué l'occasion pour détourner ce cliché sur Twitter ! 
Société
Dimanche soir, plusieurs éleveurs mécontents de leur situation ont investi le jardin de Stéphane Le Foll, dans son domicile au Mans (Sarthe), l'obligeant à sortir pour dialoguer avec eux.  
Vidéos A la une
Xavier Beulin, le président de la FNSEA, est revenu mercredi soir sur BFMTV sur la mobilisation des agriculteurs pour demander des mesures pour faire face à la crise du secteur. Le représentant de la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles a reconnu que Manuel Valls avait fait des "annonces importantes". Le Premier ministre "conforte le soutien de l'élevage annoncé le 3 septembre dernier en proposant aux agriculteurs qui ont des faibles revenus une année blanche de cotisation sociale", a-t-il indiqué.
Vidéos A la une
Les agriculteurs poursuivent leur mobilisation et ont bloqué plusieurs plateformes d'approvisionnement de grandes surfaces.
Vidéos A la une
Les agriculteurs multiplient les actions coup de poing et les manifestations depuis ce début d'année. Ils protestent contre les cours trop bas du lait et de la viande, sans succès pour le moment. Lundi, les ministres de l'Agriculture de l'Union Européenne étaient réunis à Bruxelles mais la France n'a rien obtenu de concret selon les éleveurs. La mobilisation pourrait se durcir dans les prochains jours et ces paysans en colère ont prévenu: s'il le faut ils iront jusqu'à Paris perturber le salon de l'Agriculture qui s'ouvre en fin de semaine prochaine.
Vidéos A la une
L'eurodéputé EELV Yannick Jadot a affirmé sur BFMTV que la crise agricole ne touchait pas "toute l'agriculture française". "Des fonds vont vers l'agriculture française. Aujourd'hui, ces fonds vont essentiellement sur les céréales qui vont bien et qui ne sont pas beaucoup solidaires des filières d'élevage. Il faut sortir de ce cycle infernal où on finance des entreprises qui veulent absolument exporter de la viande de mauvaise qualité en Chine, en Russie ou ailleurs. Les consommateurs demandent de la viande de qualité que ce soit le porc, le boeuf ou le poulet", a-t-il assuré.
Vidéos A la une
Les ministres de l'Agriculture de l'Union européenne sont réunis à Bruxelles ce lundi, parmi eux, Stéphane Le Foll. A cette occasion, les agriculteurs ont renforcé leur mobilisation ce lundi et organisés plusieurs zones de barrage dans le pays, pour défendre leurs produits et leurs exploitations face aux pratiques des industriels.
Vidéos A la une
Asphyxiés par la chute des prix, des agriculteurs continuent de se mobiliser à Vannes, où ils bloquent la circulation avec leurs tracteurs ce lundi. Pendant ce temps-là à Bruxelles, les ministres de l'Agriculture des différents pays discutent du sauvetage de la filière agricole. Thierry Coué, le président de la FRSEA de Bretagne, a indiqué que les éleveurs voulaient une uniformisation des "normes européennes". L'une des priorités devrait être de "redonner du sens à la politique agricole commune". Selon lui, certains producteurs perdent plusieurs milliers d'euros par semaine et ont besoin d'une augmentation de leur rémunération. "On attend vraiment que ce nouveau gouvernement se bouge", a-t-il déclaré. De nouvelles actions sont prévues à Rennes si l'issue de ce Conseil européen ne leur donne pas satisfaction.
Vidéos A la une
Focus sur le mouvement des agriculteurs qui s'acharnent sur les grandes distributions à Brest.
Vidéos A la une
Les agriculteurs poursuivent leur mouvement et ont choisi bloquer les plateformes de distribution jusqu'à nouvel ordre.
Vidéos A la une
Lundi matin, les agriculteurs manifestaient en Bretagne, en Charente-Maritime et dans le Nord-Pas-de-Calais. À Arras, près de 200 agriculteurs...
Vidéos A la une
Les agriculteurs relâchent la pression dans le Finistère en manifestant symboliquement à Quimperlé, sans bloquer la circulation.
Vidéos A la une
Le ministre de l'Agriculture était mercredi soir à Bourg-en-Bresse pour l'ouverture de l'assemblée générale annuelle de la fédération nationale bovine. C'était le jour de ses 56 ans et Stéphane Le Foll a été gâté pour sa soirée d'anniversaire. Les jeunes agriculteurs (JA), qui se plaignent régulièrement de l'excès de réglementations, lui ont offert un mille-feuille "administratif" et un réveil pour l'appeler à "se réveiller" face à la crise qui secoue le monde de l'élevage. "Aujourd'hui, on a besoin de prix rémunérateurs, parce qu'autrement on est sur la paille et on peut se sentir parfois déshabillés", a lancé un représentant avant que des jeunes se déshabillent et se retrouvent en caleçon devant le ministre. "En général je suis assez gourmand et d'habitude je ne laisse pas de miettes", a répondu le porte-parole du gouvernement, en remerciant qu'on ait pensé à son anniversaire.
Vidéos A la une
Dans toute la France, les agriculteurs ont bloqué plusieurs axes routiers. Sur l'autoroute A54, ils ont déversé du foin, du fumier et du bois, et ont mis en place une opération de péages gratuits. A Beauvais, les éleveurs et maraîchers ont manifesté devant la préfecture pendant qu'une délégation était reçue par le préfet. A Boulogne-sur-mer, des dizaines de tracteurs bloquent le centre-ville, tandis qu'à Montauban, un épouvantail est pendu pour symboliser le mal-être des agriculteurs, étant donné qu'un se suicide tous les deux jours.

Pages

Publicité