Dix ans après la saga du Seigneur des anneaux, Peter Jackson s'attaquait à une nouvelle épopée, celle de Bilbon Saquet. Zoom sur les chiffres de ce premier volet.
Le Hobbit : un voyage inattendu (France 2) - Les chiffres fous du premier volet la saga du Hobbit

300 pages D’un court récit de J.R.R. Tolkien, Le Hobbit (1936), Peter Jackson tire une trilogie d’heroic fantasy de près de 9 heures. Dans ce livre, dont l’action se situe 60 ans avant Le Seigneur des anneaux, l’écrivain raconte les aventures de Bilbon, qui léguera à son neveu Frodon l’anneau volé à Gollum. Destiné aux enfants, ce conte est plus léger, mais Tolkien y esquissait déjà l’univers de la Terre du milieu, avec ses Humains, ses Elfes, ses Nains, ses Hobbits et ses monstres terrifiants.

13 Nains, 1 Hobbit, 1 odyssée épique Ici, un roi déchu et ses Nains braillards demandent l’aide de Bilbon Sacquet. Le Hobbit mène une vie tranquille dans sa maison de Cul-de-sac, et c’est avec mauvaise grâce qu’il quitte son quotidien. D’autant que le but du voyage ne l’emballe guère : reprendre le royaume d’Erebor, que les Nains se sont fait voler par un dragon maléfique.

1 800 paires de pieds de Hobbit  Soit la quantité utilisée pour Le Seigneur des anneaux, et autant pour Bilbon et ses semblables. "Ces pieds de Hobbit sont très bien faits et solides, mais ils s’abîment quand on marche sur des cailloux, des branches ou de la terre un peu humide pendant des heures", explique Martin Freeman. E

... Lire la suite sur Télé 7 jours