Ecouter l'article :

Le présentateur du 13 heures de France 2 a présenté ses excuses après avoir ironisé sur la panne d'ampleur de TF1 à la fin de son journal ce jeudi 18 février. Julian Bugier a regretté que ses mots aient "été mal compris" et a reconnu qu'il s'agissait d'"humour maladroit".
 Julian Bugier s'excuse pour son "humour maladroit" sur la panne du 13 heures de TF1 AFP

La plaisanterie n'a visiblement pas dû être du goût de tous.Julian Bugier a présenté ses excuses pour avoir ironisé sur l'énorme souci technique qui a empêché TF1 de pouvoir diffuser son journal de 13 heures ce jeudi 18 février. "Bienvenue à nos nouveaux téléspectateurs nombreux, paraît-il aujourd’hui", a lancé, le sourire aux lèvres, Julian Bugier à l'issue de son 13 heures sur France 2. Le journaliste s'est permis d'ironiser sur la panne historique de son concurrent TF1.

"Mes quelques mots aujourd’hui à la fin du journal ont visiblement été mal compris. C’était de l’humour, maladroit. Quand on se trompe il faut le reconnaître. Mes excuses a nos amis de TF1 et Marie-Sophie Lacarrau", a écrit le journaliste de 40 ans sur Twitter. La plaisanterie de Julian Bugier avait été diversement appréciée sur les réseaux sociaux. Si une partie des internautes a apprécié le ton taquin du présentateur, d’autres ont déploré un manque de fair-play envers sa consœur de TF1.

Marie-Sophie Lacarrau s'était pour sa part excusée pour cet incident technique "totalement inédit", avant de pouvoir reprendre l'antenne à 13h37, alors que la plupart des téléspectateurs avaient déjà probablement zappé. La journaliste avait en effet expliqué à 13h "ne pas pouvoir vous présenter votre journal". "Nous ne sommes pas en mesure de diffuser un seul reportage", a expliqué, confuse, la journaliste à l'antenne. Cette dernière n'a pas encore réagi aux excuses de son ancien collègue de France 2.

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.