C'est sur Twitter, à travers un message puissant et révolté, que Cœur de Pirate est revenue sur les accusations d'agressions sexuelles de la part d'un artiste, Bernard Adamus, au sein de son label canadien.
Agressions sexuelles au sein de sa maison de disques : Coeur de Pirate, "exténuée", livre un message poignant

L'un des fleurons de l'industrie musicale québécoise, la maison de disques Dare to Care Records, est en pleine tourmente. Plusieurs artistes et employés dénoncent l'attitude du président Éli Bissonnette, à qui on reproche d’avoir fermé les yeux sur les abus sexuels qu’aurait commis l'auteur-compositeur interprète Bernard Adamus et d’avoir instauré un climat de travail toxique.

Un choc pour Cœur de Pirate

Déchirée, Cœur de Pirate s'est alors exprimée sur Twitter ce jeudi : "J'ai du mal à trouver les mots pour expliquer ce qui est en train de se passer. Pour vrai, j'en pleure". Elle qui a contribué au prestige de la maison de disques Dare to Care, que ce soit en France et au Québec, a décidé de rompre ses liens de gérance avec Éli Bissonnette, qui a d'ailleurs annoncé son départ temporaire de la présidence de la maison de disques qu’il a co-fondée en 2001. "Je souhaite poser des actions concrètes pour continuer ma réflexion, mon cheminement personnel et pour lutter contre ce système d’abus sur lequel j’ai trop longtemps fermé les yeux", a-t-il indiqué sur Facebook. Quant à Bernard Adamus, il reconnaît avoir été "vulgaire, grossier, arrogant et très saoul trop souvent", dans un message publié jeudi, au lendemain de son renvoi de Dare To Care. "À toutes les femmes que j’ai pu offenser, je m’excuse profondément", a-t-il déclaré.

Sa collaboration remise en question

Quant à la maman de la petite Romy, elle rappelle qu'elle a...

Obtenez gratuitement votre guide mutuelle senior 2020 pour réaliser des économies !