Ecouter l'article :

Aurélie et Christophe ont été tués de plusieurs balles dans un appartement de Saint-Maur (Val-de-Marne) après huit jours à se fréquenter. Les enquêteurs sont sur la piste d'un ancien compagnon jaloux...
Val-de-Marne : deux amants retrouvés morts dans leur litIllustrationAFP

Qui pouvait en vouloir à ce couple récemment formé ? C’est la question que se posent les enquêteurs après la découverte d’un double homicide dans un appartement du Val-de-Marne. Comme l’explique Le Parisien, les corps sans vie d’Aurélie et de Christophe ont été retrouvés dans ce logement de Saint-Maur jeudi 30 juillet, criblés de balles. C’est la mère de la quadragénaire qui a fait la macabre découverte après avoir été alertée par l’entreprise de sa fille. Cité par le quotidien francilien, un policier explique que les amants "étaient nus" et qu’"il y avait du sang partout".

Un ancien compagnon jaloux ?

La cause de leur mort n'a posé que peu de doutes puisque six douilles sont retrouvées dans la chambre d’Aurélie. Les enquêteurs ont pensé dans un premier temps à un meurtre suivi d’un suicide, mais aucune arme n’a été retrouvée dans la pièce. Il s'agit donc un double homicide, mais dont l’auteur reste, pour l’heure inconnu. Des voisins de la quadragénaire, qui la décrivent comme distinguée, douce et souriante, ne comprennent pas ce qu’il s’est passé. Son ex-mari et père de ses trois filles a lui aussi été soupçonné, mais il se trouve actuellement aux Etats-Unis avec leurs enfants. Ce n’est donc pas lui.

Interrogée par Le Parisien, une source proche du dossier confie que "la piste passionnelle semble la plus intéressante à creuser". Elle évoque "un ancien partenaire jaloux" et précise qu’Aurélie "fréquentait des sites de rencontre". La jalousie d’un ancien compagnon est-elle la clef du mystère ? Une chose est sûre, pour les enquêteurs, Christophe n’était pas le premier visé et une victime collatérale, car Aurélie a été sauvagement frappée, contrairement à lui. Selon le quotidien, les deux amants ne se connaissaient que depuis huit jours au moment des faits.

Faites une action inoubliable : en savoir plus sur le leg Unicef