Lors de son allocution du 28 avril, Edouard Philippe a déclaré que les Français n'auraient plus besoin d'attestation pour circuler librement à partir du 11 mai. Cependant, certains déplacements seront encore restreints.
Une nouvelle attestation de sortie prévue pour le 11 mai ?IllustrationAFP

C’est une certitude : vous n’aurez plus besoin de faire une attestation de déplacement dérogatoire pour vous rendre au supermarché le plus proche, ou pour pratiquer une activité sportive à l'extérieur. Le Premier ministre Edouard Philippe l’a assuré lors de son allocution à l'Assemblée nationale mardi 28 avril. À partir du 11 mai prochain, les Français pourront donc circuler comme bon leur semble, mais dans un rayon de 100 kilomètres autour de chez eux. Le Premier ministre souhaite également limiter les déplacements entre les départements et les régions.

Les déplacements au-delà de ce périmètre de 100 kilomètres seront tolérés "aux seuls motifs professionnels ou familiaux impérieux, pour des raisons évidentes de limitation de la circulation du virus", a précisé le Premier ministre. Les services du Premier ministre devraient donner plus de précisions dans les prochains jours sur ces modalités de déplacements.

Une autre version de l’attestation de déplacement ?

Puisque certains déplacements vont être encadrés, il est possible qu’une nouvelle attestation de déplacement dérogatoire voit le jour pour justifier un trajet de plus de 100 kilomètres.  Le Premier ministre a affirmé qu’une attestation sera demandée dès le 11 mai "pour les déplacements à plus de 100 km du domicile, qui ne seront possibles que pour un motif impérieux, familial ou professionnel". On ne sait pas encore quelle forme elle prendra.

Des mesures pourraient notamment être prises pour éviter les départs pendant les week-ends de pont, notamment celui de l’Ascension. Edouard Philippe appelle surtout à ce que les Français se responsabilisent et limitent au strict nécessaire leurs déplacements grande distance, explique l’Obs. Il a notamment dit aux Français qu'il ne serait pas possible de partir en week-end à la fin du mois de mai.

Les incertitudes sur les chaînes de contamination "doivent inciter tous les Français à la plus grande discipline et à lutter contre les risques de relâchement que nous sentons monter dans le pays", s’inquiète le Premier ministre. "Un peu trop d’insouciance et c’est l’épidémie qui repart, un peu trop d’imprudence et c’est l’ensemble du pays qui s’enfonce", a-t-il ajouté. Cependant, des incertitudes, les citoyens en ont encore énormément.

Faites une action inoubliable : en savoir plus sur le leg Unicef

Vidéo : Coronavirus : qu’est ce qui m’attend à l’hôpital ?

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.