Le haut-commissaire aux retraites, Jean-Paul Delevoye rejette l'idée de généraliser le nouveau régime de retraites aux seuls nouveaux travailleurs et entend en préserver l'universalité. Jean-Paul Delevoye se justifie dans un entretien accordé au Parisien.

"Ceux qui sont favorisés par le système actuel doivent accepter un effort deredistribution", a d'abord déclaré Jean-Paul Delevoye à propos de la réforme des retraites. Dans les colonnes du Parisien, à qui il accorde une longue interview, il a insisté sur sa volonté d'appliquer un système universel par points.

L'homme politique assure qu'il est "impossible" de généraliser le nouveau régime uniquement aux nouveaux entrants sur le marché de l'emploi. Selon lui, si cette "clause du grand-père" était appliquée de façon générale, cela reviendrait à créer un quarante-troisième régime... Ce qu'il juge "impossible".

D'autant plus que, si cette condition devient effective pour une seule profession, il faudra la rendre accessible à tous les corps de métier. Ce qui équivaut, explique-t-il, à renoncer à la réforme des retraites que les parlementaires doivent voter en juin 2020. C'est là l'objectif sur lequel il ne compte pas transiger : l'universalité du nouveau modèle de solidarités intergénérationnelles.

"Je porte un projet de société qui concerne les 30 à 40 prochaines années"

Le haut-commissaire l'a dit : il est cependant prêt à ménager du temps avant la mise en application de la réforme des retraites. Un retard ne constitue pas un problème, quand bien même il estime que certains changements auraient du être faits dès le début du quinquennat d'Emmanuel Macron.

"Pour une réforme classique de recul de l'âge de départ ou d'allongement de la durée de cotisation, j'aurais été le premier à dire qu'il fallait la faire tout de suite et en six mois", juge-t-il pour Le Parisien. Quand les journalistes du quotidien le questionnent sur le calendrier, il nuance : "Là, la logique politique consistant à dire je décide et vous obéissez car j'ai la majorité et donc la légitimité, n'est pas du tout adaptée à un tel projet de société".

Attention, cependant : à ses yeux, "un projet aussi ambitieux ne souffre aucune interrogation de contingences électorales"... Un message clair envoyé à l'exécutif qui craint une vaste contestation sociale.

Comparez les meilleures offres de mutuelles senior (contenu sponsorisé)

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.