Lors de son séjour dans l'hôpital psychiatrique de Bassens (Savoie), Nordahl Lelandais aurait rencontré Lucie Roux, disparue depuis 2012. Le tueur présumé y a été soigné pour plusieurs pathologies jusqu'en 2013.

Nordahl Lelandais aurait rencontré une potentielle victime lors d'un séjour à l'hôpital psychiatrique

Lucie Roux, disparue depuis 2012, souffrait de dépression. Agée de 43 ans, elle a été prise en charge tout un temps dans un hôpital psychiatrique près de Chambéry, à Bassens. Des récents témoignages, portés par l’avocat de la famille Roux qui aurait été contacté par une proche, laissent à penser qu’elle y a rencontré Nordahl Lelandais. Ce dernier pourrait être impliqué dans la disparition de la quadragénaire.

Publicité
Publicité

Mais que faisait le maître-chien dans cet établissement, au moment où Lucie Roux s’y trouvait ? La situation est complexe mais on sait que, à au moins deux reprises, le tueur présumé a été soigné en hôpital psychiatrique. Le plus récemment, c’était à la suite de ses aveux concernant la mort de Maëlys, comme le rappelait Planet. Pour Eric Phelippot, un criminologue qui s’intéresse de près à l’affaire, il ne faut pas y voir le signe d’un remord. "Les tueurs en série n’éprouvent pas forcément de culpabilité, mais en revanche, ils peuvent ressentir une honte à avoir été arrêtés, une honte de se retrouver face à leur famille, à la société", expliquait-il au micro de Planet.

Dépressif et alcoolique

Outre cette dépression post-aveux, Nordahl Lelandais a également été soigné dans la clinique savoyarde. D’après les informations de L’Est Républicain qui rapporte le témoignage d’un ancien ami du mis en examen, Nordahl Lelandais aurait été soigné jusque "début 2013". D’après l’ancien ami, il aurait "disparu pendant quelques jours". "Et quand il a réapparu, il nous a expliqué qu’il se sentait mal psychologiquement et qu’il avait fait un court séjour en hôpital psychiatrique", témoignait Grégory, dont le prénom a été changé pour assurer son anonymat. Le meurtrier potentiel de Maëlys et d’Arthur Noyer s’est rendu au centre d’alcoologie de Chambéry en raison de sa lourde dépendance à l’alcool. En parallèle, il était aussi suivi par le centre médico-psychologique de Chambéry pour dépression. C’est à ce moment-là qu’il aurait rencontré Lucie Roux, avec qui il aurait déjeuné à plusieurs reprises, dans les salles communes de l’hôpital.

Vidéo : "Mon frère aurait pu côtoyer Nordhal Lelandais", témoigne la sœur d’un disparu en Savoie en 2012