Crash en Argentine : les excuses de Louis Bodin sur son duplex controversé
Louis Bodin a réalisé un duplex sur le lieu de l’accident tragique qui a coûté la vie à 10 personnes ce mardi pendant le Journal de 20 heures. Cette mise en scène jugée indécente a fait l'objet de nombreuses critiques. Le journaliste s'en est expliqué sur RTL.  

Louis Bodin, le présentateur du jeu "Dropped" a créé la polémique ce mardi en accordant une interview en duplex au journal de 20 heures de TF1 devant les carcasses des deux hélicoptères qui sont entrés en collision. Dix personnes ont péri au cours du crash des deux engins survenu ce lundi en Argentine. De nombreuses personnes ont été choquées par l'arrière-plan choisi lors de cette interview. De vives critiques ont fusé à l'égard de TF1 et de son présentateur dont le comportement a été jugé indécent vis-à-vis des victimes.

Lire aussi - "Dropped" : le duplex controversé de Bodin sur TF1

"Je ne souhaitais pas aller sur les lieux du crash"

Le journaliste qui se trouvait encore en Argentine a désiré s’expliquer au sujet de cette interview controversée. "Je comprends que la mise en scène ait choqué. Je ne souhaitais pas aller sur les lieux du crash. Je n'avais pas assisté au crash. Je n'avais pas vu la scène. Et je n'avais pas l'intention d'y aller", s’est-t-il justifié ce jeudi auprès de RTL.

Publicité
Publicité

Lire aussi -Crash mortel en Argentine : l’équipe de "Dropped" rentre en France

"TF1 a cherché un support technique pour pouvoir me permettre de faire ce direct. Ce n’était pas les moyens de TF1, on s’est appuyé sur des moyens locaux", a-t-il expliqué. Avant d’ajouter : "Tout cela a évolué dans les heures qui ont précédé ce direct. Au début je devais être installé à côté de l’hôtel et ça m’allait très bien". Mais l’animateur fait état d’un malheureux concours de circonstances qui l'a conduit à donner cette interview sur les lieux du crash qui a coûté la vie à dix personnes. En effet, ils sont tombés en panne avant d’arriver à l’endroit prévu, ce qui les a retardé. "Je pensais même que ce serait trop tard, qu’on arriverait pas à temps pour pouvoir faire le direct".

"Je pensais plus à témoigner qu'à la scène derrière"

"Et quand on arrive sur place, horreur, je m’aperçois qu’on est sur la zone de crash que je n’avais jamais vu de près", poursuit-il. Dans la précipitation, il n’a pas eu d’autre choix que de faire le direct avec les carcasses des hélicoptères en arrière-plan.  "Si j’étais arrivé bien avant le direct, il est évident que je ne l’aurais pas fait à cet endroit-là", a-t-il expliqué. "Je n’avais pas vraiment la tête à ça. Je pensais plus à témoigner qu'à la scène derrière. Surtout en tant que journaliste, a confié le présentateur météo. Le journaliste est furieux aujourd’hui d’avoir été mis devant le fait accompli.

Louis Bodin évoque également les différences culturelles et la barrière de la langue qui l’ont empêché de demander au caméraman de changer de cadrage. Pour illustrer ses propos, il donne l’exemple de questions qu’on lui a posées à la télévision argentine : "En Argentine on m’a demandé pourquoi est-ce que le jeu s’arrête ? Pourquoi est-ce que vous ne continuez pas le jeu ? Alors qu’en France aucune télévision, aucune radio ne m’a posé la question".

Voir la vidéo de l'interview controversée de Louis Bodin