Seul le Pas-de-Calais a été reconfiné par l'exécutif. Cela ne signifie pas, cependant, que les autres départements ne font plus l'objet d'une assidue vigilance. Certains connaissent des situations épidémiologiques inquiétantes... D'autres moins drastiques. Récapitulatif.
DIAPORAMA : les 14 départements où la situation n’est pas bonne… Mais pas trop grave non plus

Le suspens a donc pris fin hier en fin d'après-midi. Le Premier ministre, Jean Castex, a annoncé toute une série de nouvelles mesures afin de ralentir encore la hausse de l'épidémie. Si la situation semble s'améliorer, Jean Castex a rappelé que le nombre de cas restait encore très élevé. 

La semaine dernière, le jeudi 25 février, vingt départements avaient été placés "sous surveillance renforcée". Ces territoires étaient sous la menace de se voir imposer un confinement le week-end. Une mesure déjà appliquée à Nice et à Dunkerque. Le cas de l'Ile-de-France a notamment soulevé de nombreuses questions. La maire de Paris,Anne Hidalgo, s'était ainsi clairement opposée à ce dispositif qu'elle jugeait "inhumain". Les autorités sanitaires et le préfet de Police de Paris, Didier Lallement, lui avaient tout de même proposé cette mesure.

La vigilance reste de mise

Le Conseil de défense a finalement décidé d'écarter "l'option reconfinement pendant le week-end" pour la région Ile-de-France. Pour le moment, la situation ne justifie pas la mise en place d'une mesure si contraignante selon Jean Castex. 

Le Pas-de-Calais sera donc finalement le seul à se voir imposer d'importantes restrictions de circulation du vendredi soir au lundi matin. Dans ce département, le taux d'incidence est encore très élevé et les hôpitaux saturés. Selon Covid Tracker, à la date du 4 mars, 411 cas étaient détectés pour 100 000 habitants. 

Pour les autres départements, rien n'est encore joué. L'évolution de l'épidémie durant les prochains jours décidera de la suite des événements. La situation dans les services hospitaliers sera également bien sûr suivie de près. Il faut à tout prix éviter un nouvel engorgement des services de réanimation.

Le diaporama ci-dessus indique les départements où les cas augmentent et les départements où les hospitalisations sont en hausse avec un taux d'incidence supérieur à 200 cas/100 000 habitants. La situation n'y est donc pas rassurante... mais pas encore aussi inquiétante qu'ailleurs.  Source (Covid Tracker. Données datées du 4 mars 2021). 

Attention, ce diaporama ne prend donc pas en compte les départements où le nombre de augmentent et dans le même temps les hospitalisations sont aussi en hausse. 

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.