Les enquêteurs ont découvert un mail peu de temps après l'incendie de la cathédrale de Nantes le 17 juillet. Les propos du principal suspect sont intrigants.
Incendie de la cathédrale de Nantes : un mail permet de faire avancer l'enquêteAFP

Un homme de 39 ans est désormais le principal suspect dans l'incendie de la cathédrale de Nantes. Il s'agit d'un bénévole diocésain qui a été mis en examen dans la nuit du 25 au 26 juillet 2020 pour "dégradations, détériorations ou destruction du bien d'autrui par incendie". Pourquoi a-t-il été interpellé ? Le 18 juillet 2020, alors que de la fumée s'échappait encore de l'édifice, la brigade de la police judiciaire de Nantes a découvert un mail très étrange, rapporte Le Monde.

Dans ce message daté de la nuit du 17 au 18 juillet, cet homme de 39 ans racontait "ses problèmes personnels" et "écrivait sa rancœur auprès de différentes personnalités qui ne l'avaient pas assez soutenu, à ses yeux, dans ses démarches administratives", selon le procureur de la République de Nantes, Pierre Sennès. Ces écrits étaient d'ailleurs initialement destinés au diocèse et aux autorités administratives. Ce bénévole de nationalité rwandaise avait "toute la confiance" du recteur Hubert Champenois.

"Tout le monde a fermé les yeux sur mon état de santé fragilisé"

Il avait aussi une obligation de quitter le territoire français (OQTF). Cette "OQTF me guettait sauvagement un peu partout", a-t-il rédigé dans son mail. Pierre Sennès ajoute également que l'homme de 39 ans "avait formulé des demandes de régularisation qui n'ont pas abouti". Il était catholique pratiquant et occupait une chambre dans un foyer nantais au sein de la communauté des franciscains.

Souffrant de problèmes de santé, il estimait que les personnes autour de lui ignoraient ses difficultés. "Tout le monde a fermé les yeux sur mon état de santé fragilisé (…) en plus de cette crise sanitaire qui s'y ajoute", déplore le Rwandais dans son courrier. Ces quelques déclarations ne suffisent pas à incriminer une personne. Toutefois, plusieurs détails ont poussé les enquêteurs à se pencher davantage sur son cas.

Faites une action inoubliable : en savoir plus sur le leg Unicef

Vidéo : Gard : une maison est victime de départs d'incendie électriques inexpliqués

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.