Certains projets de loi s'avèrent plus clivant que d'autres. C'est le cas du récent texte anti-casseur voté en première lecture à l'Assemblée. Le vent de fronde qui monte s'est confirmé notamment avec le départ du député Matthieu Orphelin.
AFP

Matthieu Orphelin décroche du groupe parlementaire

Depuis le début du quinquennat, plusieurs députés macronistes ont finalement quitté le groupe, à l’instar de Jean-Michel Clément en avril  2018. Excédé par le vote de la loi asile et immigration. Ce début de février 2019 marque un  nouveau coup dur pour le parti majoritaire à l’Assemblée nationale qui vient de perdre Matthieu Orphelin. L’ancien écologiste a confirmé cette semaine qu’il démissionnait définitivement du groupe LREM.

Pour ce proche de Nicolas Hulot, dont l’écologie était la priorité, le vase a vraisemblablement débordé après le vote en première lecture de la loi anti-casseur. Matthieu Orphelin s’est abstenu comme près de 50 députés de la majorité. La fracture mérite d’être adressée.

Son départ n’est pas une surprise tant l’élu a rarement hésité à monter au créneau contre des projets de loi qu’il ne soutenait pas. Le premier d’entre eux a été le projet de loi asile et immigration présenté au début de l’année 2018 par Gérard Collomb, ancien ministre de l’Intérieur. Un texte qui avait déjà permis d’identifier au sein des députés La République en marche plusieurs personnalités au potentiel frondeur.

Planet a retenu quatre personnalités qui n'hésitent pas à se prendre position contre leur groupe.

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.