Maëlys a disparu depuis deux semaines à Pont-de-Beauvoisin, dans l'Isère. Depuis le début de l'affaire, plusieurs personnages ont été amenés à intervenir dans l'enquête. De leurs côtés, les parents de l'enfant sont sortis dimanche de leur silence. 
Sommaire

La procureure de la République de Grenoble, Dietlind Baudoin, et son adjoint, Laurent Becuywe

La petite Maëlys, 9 ans, a disparu à Pont-de-Beauvoisin dans l’Isère dans la nuit du 26 au 27 août dernier. Depuis le début des recherches, plusieurs personnages sont intervenus dans le cadre de l’enquête ou dans les médias. Le premier d’entre eux a été la procureure de la République de Grenoble, Dietlind Baudoin.

Celle-ci a convoqué une conférence de presse le 29 août dernier pour indiquer que la thèse "criminelle" n’était plus écarté. Le 2 septembre suivant, son adjoint, Laurent Becuywe, a informé les médias qu’une information judiciaire avait été ouverte contre X pour enlèvement et séquestration d’un mineur de moins de 15 ans. Le lendemain, Nordahl Lelandais a été mis en examen par Dietlind Baudoin pour "enlèvement, séquestration ou détention arbitraire de mineur de 15 ans".

Le suspect mis en examen, Nordahl Lelandais

Le tournant de l’enquête est survenu le dimanche 3 septembre. Nordahl Lelandais, 34 ans, a été écroué pour "enlèvement, séquestration ou détention arbitraire de mineur de 15 ans". L’homme était présent au mariage auquel Maëlys assistait quand elle a disparu. Le suspect est un ancien militaire qui a également exercé en tant que dresseur de chiens renifleurs.

Il est connu des services de police pour des infractions de droit commun notamment liées à des affaires de stupéfiants.Des traces d’ADN de la fillette ont été retrouvées sur le tableau de bord de la voiture de l’individu. Celui-ci a reconnu que Maëlys était montée dans son véhicule le soir du mariage avec un autre petit garçon. Cependant, le suspect continue de nier toute implication dans l’enlèvement.

L'avocat du suspect, Me Bernard Méraud

Suite à la mise en examen de son client, Me Bernart Méraud a communiqué aux médias les propos tenus par Nordahl Lelandais aux enquêteurs. "Il y a une très infime possibilité pour que cela ne soit pas l'ADN (de Maëlys, ndlr)", a réagi l'avocat concernant les traces trouvées sur le tableau de bord de la voiture du suspect, avant d'ajouter : "Il a déclaré que la fillette était entrée dans le véhicule avec un petit garçon, sur la banquette arrière, pour voir si son chien (celui du suspect, ndlr) était dans le coffre". Me Bernard Méraud a également expliqué que son client avait lavé sa voiture après le mariage uniquement dans le but de la vendre.

Les proches de Nordahl Lelandais

Les proches de Nordahl Lelandais récusent les accusations portées à son encontre. La première à avoir parlé dans les médias a été la mère du suspect. "À aucun moment il pourrait faire une chose pareille, c'est pas possible (...). Je n'ai pas fait un monstre, ça n'a jamais été un monstre. Non, c'est pas un monstre. C'est un garçon gentil qui ne ferait pas de mal à personne", a-t-elle affirmé à RTL.

D’autres proches du trentenaire se sont exprimés, à l’instar de ses frères et sœurs. "Mon frère n’a jamais eu d’accès violent, surtout pas avec un enfant", a souligné la sœur de Nordahl Lelandais dans l’émission Sept à Huit. Un ami d’enfance du suspect, Damien, a également fait part de ses doutes quant à la culpabilité de l'homme : "J’y crois pas, personne n’y croit, c’est pas Nordhal".

Les parents de Maëlys et leur avocat, Me Fabien Rajon

Les parents de Maëlys sont sortis de leur silence dimanche, par le biais de leur avocat, Me Fabien Rajon. Dans un entretien accordé au Dauphiné Libéré, celui-ci a évoqué les soupçons immédiats de ses clients envers l’homme mis en examen.

Pour ces derniers, l’individu affichait un comportement "étrange" le soir du mariage et ne semblait pas "spécialement concerné" par les recherches cette nuit-là. Pour les parents de la fillette, Nordahl Lelandais détient "logiquement les clés de l’affaire" . "Ils invitent forcément le mis en examen à révéler enfin la vérité et en finir de l'attente insupportable qui leur est imposée", a conclu l’avocat. Par ailleurs, comme l’a indiqué BFM, les parents de Maëlys ont fait appel à un médium pour retrouver leur fille.