Ecouter l'article :

Objectif : identifier les clusters dormants. C'est dans cette optique que le ministre de la Santé compte lancer une campagne de tests virologiques en Île-de-France.
Coronavirus : Olivier Véran lance une campagne d'identification des clusters dormantsAFP

Éviter une seconde vague de contamination. Tel est le but du gouvernement en lançant une campagne d'identification des clusters dormants en Île-de-France, informe Midi Libre. Pour se faire, le ministre de la Santé, Olivier Véran, a annoncé ce jeudi 25 juin 2020 que près de 1,3 million de personnes seront dépistées. En effet, de nombreux tests virologiques devraient être effectués dans 30 communes franciliennes.

"Ces clusters dormants seraient des territoires à proximité de clusters identifiés où […] il y a du réservoir viral, avec des personnes asymptomatiques, qui peuvent transmettre le virus sans le savoir", a indiqué le ministre de la Santé.

Pour éviter tout risque, les individus ciblés recevront des bons de l'assurance-maladie pour faire un test virologique dans n'importe quel laboratoire public ou privé en Île-de-France, même s'ils ne présentent aucun symptôme. Olivier Véran a d'ailleurs précisé que ce dépistage massif était un test : "On est pour l'instant au stade de l'expérimentation pour regarder si cela correspond à un souhait des Français. Cette expérimentation pourra ensuite être étendue à d'autres régions".

Moins d'hospitalisations, mais un risque toujours présent

En effet, 74% des patients hospitalisés en réanimation en raison du Covid-19, sont concentrés dans quatre régions (Île-de-France, Grand-Est, Provence-Alpes-Côte d'Azur, Hauts-de-France). C'est la Direction générale de la santé (DGS) qui a communiqué ces chiffres le 24 juin 2020. De plus, l'Agence régionale de santé (ARS) a également indiqué que 1,1% des tests en moyenne s'avèrent positifs dans la région Occitanie.

La pression hospitalière est tout de même en baisse, mais le ministre de la Santé préfère rester vigilant : "Le pic de mars-avril est derrière nous, mais nous n'en avons pas terminé avec le virus", déclare-t-il. Il fait notamment référence aux rassemblements, propices à une propagation du virus.

Faites une action inoubliable : en savoir plus sur le leg Unicef

Vidéo : Vaccins anti-coronavirus : où en est-on ?

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.