Le temps est le critère essentiel pour produire un vin de qualité. Mais la météo a aussi son importance : la pluie est particulièrement bienvenue avant la saison de croissance (d'octobre à mars), tandis que la chaleur et la sécheresse ont une influence positive pendant la saison de croissance (d'avril à septembre).

Jean-Christian Tisserand, auteur de cet article, est professeur en économie à la Burgundy School of Business. La version originale de cet article a été publié sur le site de The Conversation dont franceinfo est partenaire.

Si les dérèglements climatiques apparaissent catastrophiques à de nombreux égards, il est un domaine où ses effets pourraient au contraire se révéler positifs : sous certaines conditions, la viticulture bénéficierait, selon les principales recherches sur les sujets, d’une amélioration de la qualité de ses vins.

Plusieurs éléments sont réputés avoir de l’influence sur la qualité d’un vin – "la météo", "l’année de production" et "l’âge" nous viennent souvent à l’esprit. Mais dans quelle mesure ces paramètres jouent-ils un rôle réellement déterminant ?

L’équation bordelaise

Parmi les nombreux chercheurs qui ont étudié la question, les travaux d’Orley Ashenfelter restent de loin les plus connus. Le chercheur américain a utilisé une base de données contenant les prix de vente de vins de Bordeaux, produits entre 1952 et 1980, pour établir une relation chiffrée entre la météo et l’âge d’un vin avec son prix...

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Vidéo : Tour de France 2019 : un coureur met une fessée à un spectateur !