Fonctionnaires, anciens salariés du privé… Ils seront peu nombreux à profiter de la réforme des retraites souhaitée par l'exécutif. Le texte que compte présenter le gouvernement pourrait faire de très nombreux perdants. Les pertes se chiffrent parfois en centaines d'euros.
IllustrationIstock

Réforme des retraites : plusieurs centaines d’euros de perte pour certains Français ?

Ils sont issus du privé, et ils pourraient ne pas du tout apprécier la réforme des retraites souhaitée par Emmanuel Macron. Jean-Paul Delevoye, en charge du dossier, a récemment présenté quelques-unes de ses conclusions à ce propos. Certaines, révèle Capital, pourraient bien en inquiéter plus d’un… 

"Le but de la réforme est clair, il est de vous inciter à travailler plus longtemps. Si vous ne le faites pas, vous ne pourrez pas obtenir le même niveau de pension que celui que vous auriez eu dans le régime actuel", indique Dominique Prévert, d’Optimaretraite, un cabinet d’expertise en la matière contacté par le mensuel spécialisé en économie.

Fondamentalement, cela signifie donc qu’à durée de cotisation égale, la grande majorité des salariés du privé seront malmenés par la réforme. Pour prétendre à un niveau de vie comparable à celui espéré avant la réforme voulue par l’exécutif, il faudra donc travailler davantage…

En pratique, plus le niveau de revenu avant la cessation d’activité est élevé, plus la pension après réforme sera minorée. Une conséquence mécanique de la réduction de l’assiette de cotisation mise en place dans le régime universel de La République en Marche.

Dès les plus bas niveau de revenu, la perte se chiffre à 122,69 euros mensuels, calcule Capital. Sauf, bien entendu, à ce que le revenu minimum annoncé par le haut-commissaire à la réforme des retraites soit effectivement mis en place. "Ce minimum est fixé à 85% du Smic, soit 1 000 euros pour les personnes qui ont travaillé toute leur vie. Donc si c’est le cas, le nouveau régime pourra être plus intéressant. Mais tout dépend des conditions dans lesquelles il sera accordé", avertit Dominique Prévert.

Pour quelqu’un dont le salaire correspondrait à 1,5 fois le smic - soit 27 381,90 euros annuels, le manque à gagner s’établit en revanche à 184,05 euros, d’après les hypothèses émises par le rapport de Jean-Paul Delevoye. Un cadre, dont le salaire s’élève annuel brut s’élève à 40 524 euros perdrait pour sa part 247 euros chaque mois…

Comparez les meilleures offres de mutuelles senior (contenu sponsorisé)

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.