L’ancien secrétaire d’Etat au Commerce extérieur a annoncé lundi soir qu’il quittait le Parti socialiste mais conservait son fauteuil à l’Assemblée nationale. Son épouse a quant à elle été "mise en congé sans traitement" du cabinet du président du Sénat.

Les époux Thévenoud sont dans le viseur du Parti socialiste. Depuis jeudi dernier et la découverte d’anomalies dans le paiement de leurs impôts pendant trois années de suite, Sandra et Thomas Thévenoud sont montrés du doigt au sein du PS. Ainsi, après avoir démissionné de son poste de secrétaire d’Etat au Commerce extérieur neuf jours seulement après y avoir été nommé, l’ex-membre du gouvernement a annoncé lundi soir qu’il quittait le parti. A l’issue d’un entretien avec le président de l’Assemblée nationale, Jean-Christophe Cambadélis, il a déclaré : "j’ai décidé de me mettre en retrait du Parti socialiste et donc du groupe SRC à l’Assemblée nationale (…) Mais je veux rappeler que l'enchaînement de négligences choquantes qui m'ont placé dans cette situation ne fait pas de moi un fraudeur (...) Mes électeurs de Saône-et-Loire seront mes seuls juges" lors des législatives de 2017. En d’autres termes, Thomas Thévenoud n’a pas renoncé à son fauteuil de député et continuera donc de siéger dans l’Hémicycle parmi les non-inscrits.

"Des petites manœuvres" pour conserver la majorité absolue ?"J’ai cru comprendre qu’on était dans les petites manœuvres, c’est-à-dire qu’il irait au groupe radical mais continuerait à voter avec le PS de façon que le groupe PS continue d’avoir la majorité absolue", a de son côté dénoncé Christian Jacob, le chef de file des députés UMP. Peu convaincu par l’annonce de Thomas Thévenoud, il a par ailleurs rappelé que la démission de ce dernier, suivie d’une élection législative partielle risquerait d’entraîner la majorité dans un zone dangereuse. Actuellement, le groupe socialiste (SRC) détient 290 voix, soit la majorité absolue plus une voix.

Publicité
Sandra Thévenoud "mise en congé" du Sénat"Je n'ai jamais fait l'objet d'aucune information judiciaire, d'aucune mise en examen, d'aucune condamnation. Si j'ai manqué à mes obligations fiscales, je n'ai jamais commis aucune infraction pénale", a également tenu à souligner Thomas Thévenoud lundi. Des explications qui n’ont cependant pas suffi à permettre à son épouse, Sandra, de conserver son poste au Sénat. Alors que son contrat de directrice de cabinet de Jean-Pierre Bel, le président socialiste du Sénat, devait se terminer à la fin du mois, celui-ci n’a pas été reconduit.

Vidéo sur le même thème : Thomas Thévenoud garde son fauteuil à l'Assemblée nationale

mots-clés : Poste

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité