Alors que son nom a récemment été mêlé à l’affaire Bygmalion, Nicolas Sarkozy en voudrait beaucoup à Jean-François Copé. Furieux que le député-maire de Meaux tente de l’entraîner dans sa chute, l’ex-président veillerait à garder ses distances.

Brice Hortefeux l’avait déjà annoncé : Nicolas Sarkozy est "tès mécontent de voir son nom associé à cette curieuse affaire". Bientôt deux semaines après, c’est au tour de Paris Matchd’en remettre une couche sur ce que pense l’ancien président de tout cette affaire qui ternie l’image de l’UMP. Le magazine indique en effet que l’ex-locataire de l’Elysée serait très remonté contre le député-maire de Meaux. Il lui reprocherait non seulement d’avoir plongé leur parti dans une crise sans précédent mais également d’y avoir associé son nom. Jean-François Copé est soupçonné d’avoir surfacturé des évènements en marge de la campagne présidentielle du champion de la droite en 2012 et ce, pour masque l’explosion du budget légalement prévu. "Copé veut m’abattre", aurait ainsi lâché Nicolas Sarkozy, rapporte l’hebdomadaire.

Publicité
Nicolas Sarkozy a refusé de l’aiderEt l’ancien président n’aurait pas attendu que Jean-François Copé annonce sa démission pour se méfier de lui. Paris Match explique en effet que dès le lundi 26 mai, soit la veille du bureau politique à l’issue duquel cette décision a été annoncée, Nicolas Sarkozy avait déjà pris ses distances. Toujours selon les informations du magazine, le député-maire de Meaux aurait tenté de l’appeler pour recueillir quelques conseils quant à la meilleure manière de communiquer sur toute cette affaire, mais l’ex-chef d’Etat aurait refusé de l’aider, allant même jusqu’à ne pas lui répondre au téléphone.

Vidéo sur le même thème : l'affaire Bygmalion: c'est quoi? - 27/05

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité