Patrick et Isabelle Balkany ont de nouveau été condamnés à de la prison ferme. Pourtant, il est peu probable qu'ils purgent un jour leur peine.
Problèmes de santé, mandat de dépôt... Pourquoi les Balkany pourraient encore éviter la prison ?AFP

"Vu les certificats médicaux fournis par l'un et l'autre des époux Balkany, il est loin d'être certain qu'ils les purgeront un jour", affirmait récemment Libération, au sujet des années de prison auxquelles les deux ancien édiles de Levallois ont été condamnés. Après avoir été reconnus coupables de fraude fiscale en appel en mars 2020, la justice vient de nouveau de les sanctionner, indique le quotidien national marqué à gauche.

Patrick Balkany écope cette fois-ci de cinq ans de prison ferme tandis que son épouse, Isabelle, a pris quatre ans. Aucun des deux ne fait l'objet d'un mandat de dépôt et, par conséquent, ils ne devraient donc pas être incarcérés immédiatement, comme cela fut le cas par le passé pour le maire de Levallois. Pierre-Olivier Sur, avocat des deux politiques, s'est d'ailleurs réjoui de cet aspect de la décision, note d'ailleurs le titre de presse qui s'attarde sur la question.

De graves problèmes de santé ?

La santé fragile des deux figures de la droite républicaine n'est donc pas sans poser problème en vue d'un potentiel emprisonnement. Les deux septuagénaires affichaient récemment des états "préoccupants", comme le décrivait Le Parisien, avant la crise sanitaire. Isabelle Balkany avait d'ailleurs longuement milité pour que son époux puisse quitter la prison de la Santé ou il avait été incarcéré jusqu'à son procès en appel. La justice, "en raison de l'état de santé actuel de l'intéressé", n'avait pas souhaité renouveler le mandat de dépôt permettant d'attenter à sa liberté.

Faites une action inoubliable : en savoir plus sur le leg Unicef

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.