Deux ans après l'élection d'Emmanuel Macron, le gouvernement a bien changé. Remaniement, démêlés avec la justice... Que sont devenus les ministres démissionnaires ?
AFP

Où sont passés ces anciens ministres ? Benjamin Griveaux dans la course à la mairie de Paris 

L’ancien porte-parole du gouvernement a commencé sa carrière politique au sein du Parti socialiste. Il a été  de 2003 à 2007, le collaborateur de Dominique Strauss-Kahn, avant de devenir conseiller municipal à Chalon-sur-Saône en 2008. En parallèle, il a occupé le poste de conseiller général de Saône-et-Loire. Puis, en 2011, il fait partie de l’équipe de campagne de François Hollande en tant que délégué à l’économie sociale et solidaire.

C’est en 2012 qu’il met un pied au gouvernement, au sein du cabinet de Marisol Touraine, ministre de la Santé. 3 ans plus tard, il devient un proche d’Emmanuel Macron. C'est d’ailleurs sous la bannière de La République en Marche qu'il va devenir député de la 5 e circonscription de Paris, poste qu’il va occuper très peu de temps. En effet, il devient dans la foulée, secrétaire d’Etat auprès du Premier ministre et porte-parole du gouvernement.

Depuis plus d'un mois, il a repris ses fonctions de député et est dans la course à la mairie de Paris. Un combat qui s’annonce rude, au sein même du parti LREM, car ses adversaires souhaitent la mise en place de "consultations citoyennes". La réponse sera donnée le 10 juillet prochain.

Où sont passés ces anciens ministres ? Nathalie Loiseau a renoncé à la présidence du groupe centriste au Parlement européen 

Celle qui a commencé la politique dans les années 1980 au sein de l’Union des étudiantes de droite, n’a pas connu que des moments joyeux. Elle fait partie des nombreuses personnes à être entrées dans le gouvernement d’Emmanuel Macron, puis à en sortir.

Nommée ministre chargée des Affaires européennes, elle a laissé sa place à Amélie de Montchalin, après avoir été investie tête de liste de La République en Marche-MoDem pour les élections européennes.

Elle n'a, en revanche, pas réussi à s’imposer comme leader et a fait l’objet de vives critiques, en dehors comme au sein de son parti. C’est d’ailleurs pour cela qu’Emmanuel Macron s'est investi dans cette campagne, pour s’assurer de la place de son parti dans le scrutin et battre le Rassemblement national, qui le menace dans les sondages. Cela n'a toutefois pas suffit, puisque Nathalie Loiseau n’a obtenu que la deuxième place, avec 22,4% des voix. 

Le 14 juin dernier, elle a renoncé à présider le groupe Renew Europe au sein du Parlement européen. La raison : des propos offensants envers ses alliés qu'elle aurait tenu en off, raconte France Info. En effet, le journal Le Soir l’accuse d’avoir été irrespectueuse envers certains eurodéputés, membre de son groupe. Elle s’en saurait pris à l’ex-Premier ministre belge Guy Verhofstadt, l’ancien ministre français Jean Arthuis et Manfred Weber, candidat à la présidence de la Commission européenne.

Depuis ce renoncement, les activités de l’ancienne chargée des Affaires européennes ne sont pas connues.

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.