Nicolas Sarkozy affirme être "pisté" par des journalistesAFP
Alors que le nom du président des Républicains a été cité dans l’affaire Air Cocaïne et que son téléphone a été géolocalisé, celui-ci ne décolère pas.

L’ancien président de la République se dit victime d’acharnement. Après avoir été écouté en tout discrétion, de même que son avocat Me Herzog, dans l’affaire "Paul Bismuth", cette fois-ci Nicolas Sarkozy a été géolocalisé dans l’affaire "Air cocaïne".

A lire aussiAir cocaïne : Nicolas Sarkozy visé par la justice

Christine Saunier-Ruella, juge d’instruction à Marseille, cherchait à identifier d’éventuelles connexions entre les quatre Français arrêtés, d’éventuels trafiquants et l’ancien président de la République, après avoir découvert que Nicolas Sarkozy avait déjà voyagé à bord de l’avion qui a servi au transport de drogues dans l’affaire Air cocaïne. Une piste qui n’a finalement rien donné.

Publicité
Publicité

Nicolas Sarkozy soupçonne Christiane Taubira

Le président des Républicains ne décolère pas après que son nom a été cité dans cette affaire, et cible Christiane Taubira. "Croyez-vous qu'on géolocalise le chef de l'opposition sans que la garde des Sceaux en soit informée ? Je pose la question. Et si la garde des Sceaux en est informée, elle ne parle pas avec le président de la République ?", a-t-il interrogé dans le Parisien.

Ce mercredi sur RTL, l’ancien chef de l’Etat a fini par plaisanter de cette géolocalisation en estimant qu’il était déjà bien traqué par les journalistes. "Quand j’ai découvert, dans le JDD, que j’avais été géolocalisé... Par satellite on regardait où je m’étais trouvé. Pourquoi se donner tant de mal, je suis suivi toute la journée par des journalistes ? On peut me pister assez facilement.", a-t-il indiqué.

Vidéo sur le même thème : Sur RTL, Nicolas Sarkozy oublie qu'il est filmé !