Le 17 juillet dernier, les passagers du vol reliant Starsbourg à Paris se sont étonnés des nombreux privilèges dont jouissait la famille Le Pen chez Air France.

C’est le Canard Enchaîné de ce mercredi qui raconte la scène. Cela s'est passé le 17 juillet à l’aéroport de Strasbourg, dans la file d’attente du vol Air France 7311 à destination de Paris. Alors que les passagers du vol font sagement la queue en attendant d’embarquer, voilà qu’arrivent Marine Le Pen, son compagnon Louis Alliot suivis de Jean-Marie Le Pen et sa compagne escortés par deux policiers en civils.

>> Lire aussi : 5 choses que vous ne savez probablement pas sur le clan Le Pen

Pas de queue pour ces derniers qui doublent donc tout le monde sous le regard stupéfié  des passagers. Le député européen UMP Arnaud Danjean, présent dans la file, questionne l’hôtesse sur les raisons de ce privilège. Première réponse de l’employée d’Air France : comme ils sont "en business class, ils ont le droit de passer devant tout le monde".

Publicité
Problème : "il n’y a pas de business dans cet avion" fait remarquer justement le parlementaire. Deuxième tentative de l’hôtesse : "elle a un abonnement donc elle a le droit". Argument qui ne convainc guère le député qui rappelle que tous les parlementaires européens ont un abonnement chez la compagnie.

Dernière précision de la salariée : la famille Le Pen est VIP chez Air France. Les conditions d’accès à cette carte VIP qui accorde d'impressionants avantages sont pour le moins opaques comme le rappellent nos confrères de Rue 89 citant une enquête de Marianne. Dans le cadre de ce traitement particulier, un minibus privé les attendait sur le tarmac d’Orly.

Si prompte à dénoncer les privilèges de la "caste" dirigeante, Marine Le Pen pourrait avoir du mal à justifier ce passe-droit accordés aux nantis.    

 

En vidéo sur le même thème : Le Pen : "Ma fille m'a poignardé dans le dos"

 

 

En imagesLes phrases choc de Marine Le Pen

Viande halal

 Convention du Front national à Lille, le 18 février 2012.

Nicolas Sarkozy

Extrême gauche

En visite à la Réunion, le 7 février 2012, Marine Le Pen est prise à partie par des manifestants répondant notamment à l'appel du Front de gauche et du Mouvement des jeunes socialistes.

Jean-Luc Mélenchon

Le 19 janvier 2012, en réponse aux propos de Jean-Luc Mélenchon qui qualifiait la veille Marine Le Pen de "semi-démente".

Claude Guéant

En conférence de presse consacrée à dénoncer les "profits du CAC 40", le 17 mars 2011.

Immigration

 Le 25 février 2011, à propos du "printemps arabe" et de ses réfugiés...

Occupation

Le 10 décembre 2010, lors d'une réunion à Lyon avec 250 à 300 adhérents du FN, durant la campagne pour prendre la tête du parti.

Michel Drucker

Le 7 décembre 2010 sur Radio Classique, Marine Le Pen s'emporte contre Michel Drucker qui refuse de l'inviter dans son émission "Vivement dimanche", sur France 2.

Minarets

 Le 6 décembre 2009, dans l'émission "Dimanche Politique" sur I-Télé, en réaction à l'interdiction des minarets en Suisse (venant d'être votée).

Frédéric Mitterrand

 Le 5 octobre 2009, dans "Mots croisés" sur France 2, Marine le Pen accuse Frédéric Mitterrand... Par conséquent, elle demande la démission du ministre de la Culture. Ce dernier gardera son poste mais viendra, en réponse à la polémique engendrée, s'exprimer et "défendre son honneur" au JT de TF1 quelques jours plus tard.

Autres diaporamas

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité