Les revenus d'un élu sont souvent critiqués. Salaire trop important, dessous de table, dépenses injustifiées, les raisons sont nombreuses pour les attaquer. Un nouveau maire est visé.
abacapress

Coup de massue pour le maire d’Orléans, Olivier Carré. Le Canard enchaîné a dans son édition du mercredi 12 juin, dénoncé les dépenses extravagantes de l’élu de la ville johannique. Déplacements à l’étranger, nuits dans des hôtels de luxe, location de voitures de luxe, promotion données à des proches … tout y passe. Bémol, les informations sont inexactes, voire fausses, selon le maire.

L’argent publique utilisé à des fins privés ?

"Il y a une volonté de me nuire personnellement", clame le maire d’Orléans, à la suite de la parution de l’article à son sujet dans le Canard enchaîné. Le journal insinue que celui-ci s’est servi de l’argent du contribuable pour mener un train de vie paisible, quelques mois seulement avant les élections municipales, auxquelles il est à nouveau candidat.

Chacun de ses faits et gestes ont été passés à la loupe. Des accusations portées par le journal, après avoir épluché les documents fournis par le cabinet, comme le souligne le maire. Pourtant, il dément l’entièreté des faits lors d’une conférence de presse, organisée à l’hôtel de ville, le jour même de la publication du papier. Certains inexacts, d’autres totalement faux, les accusations vont bon train. C’est point par point qu’il a décidé de rectifier les choses.

  • Déplacements à l’étranger

"Le maire poursuit son séjour à Las Vegas pendant six nuits au célèbre Caesars Palace aux frais de la ville", déclare le Canard Enchainé. En effet, Olivier Carré a bien séjourné durant quelques jours à Las Vegas, mais pour le Salon du Numérique, après s’être rendu à la Nouvelle-Orléans dans le cadre d’un jumelage. Il rectifie y avoir passé "trois jours et non six" comme prétendu par le journal. Durant ce mandat, il affirme d'ailleurs que 18 000 euros seulement ont été dépensés en frais de déplacements à l’étranger.

  • Voitures de luxe

Deux accusations pèsent à ce sujet. Il se serait acheté une voiture de fonction d’un montant de 46 000 euros, selon le journal. Le maire consteste. En réalité, celle-ci n’a coûté que 38 093 euros et a été renouvelée durant son mandat en 2017 et non lors de sa prise de fonction, comme insinué par l’auteur du papier.

Lors du Marché international des professionnels de l’immobilier à Cannes, il aurait loué une "belle voiture", or il s’agissait, selon ses dires d’une Fiat 500. "La marque Fiat est contente d’être considérée comme une voiture de luxe...", ajoute-t-il.

  • Nuits d’hôtels

De nombreuses erreurs se sont glissées selon Olivier Carré dans les propos concernant les nuits passées à l’hôtel. Tout d’abord, les noms des lieux ne sont pas toujours exacts. En effet, à Nice c’est au Mariott qu’il affirme avoir séjourné et non au Majestic.

Quant aux montants consacrés, il est également inexacts. On lui attribue des sommes astronomiques, bien différentes de ce qu’affirme le maire de cette ville du Loiret. "On est à une moyenne de 319,59 euros par nuit petit-déjeuner inclus", soit en gros "900 euros par mois".

Il explique également que jusqu’en 2017, il possédait le statut de député-maire, ce qui explique les déplacements à Paris et la prise en charge des différents frais par l’Assemblée nationale.

  • Promotion  

Il est accusé d’avoir offert une promotion à Joëlle Goepfert pour le poste de directrice générale adjointe en charge de l’attractivité. Ce qu’il réfute. "Ce poste était vacant et son salaire n’a pas bougé", assure-t-il.

Par ailleurs, il affirme que depuis le début de son mandat en 2015, les dépenses de fonctionnement de son cabinet ont diminué de 20,7%, relate France 3 Val de Loire. L'enveloppe totale des frais de représentation et déplacement du maire s'éléverait à 21 000 euros, soit 15 centimes par habitant et par an, précise France Bleu Loiret

Vidéo : Patrick Balkany : devant la justice, il parle de son héritage familial