Une perquisition a été menée jeudi au ministère de la Défense, dans les bureaux de Kader Arif, le secrétaire d’Etat aux Anciens combattants. Plus de détails.

Dernière minute :Selon les informations d'i>Télé, Kader Arif aurait présenté sa démission à François Hollande.

Kader Arif est dans le viseur de la justice. Ce proche de François Hollande, secrétaire d’Etat aux Anciens combattants est en effet soupçonné d’avoir favorisé des sociétés gérées des proches parents à lui lors de l’attribution de marchés par le Conseil régional de Midi-Pyrénées, à la tête duquel se trouve le socialiste Martin Malvy.

Des entrepreneurs "systématiquement écartés" au profit des deux sociétésDepuis 2008, deux sociétés AWF (spécialisée dans l’éclairage d’évènements publics) et AWF musique (spécialisée dans la sonorisation) auraient empoché près de 2 millions d’euros grâce à des contrats passés avec la région. "Chaque fois que la région Midi-Pyrénées a besoin de lumières et de sono pour ses sauteries, elle passe une commande à AWF", résumait d’ailleurs le Canard Enchaîné il y a un mois. "Des entrepreneurs de la région qui travaillent dans le domaine de l’évènementiel nous ont alerté sur le fait qu’ils en concourraient plus aux appels d’offre de la région dans ce domaine, parce qu’ils étaient systématiquement écartés", raillait de son côté l’élue UMP, Elisabeth Pouchelon qui a alerté les autorités à propos de ces attributions suspectes.

Les enquêteurs tentent de déterminer si Kader Arif est mêlé ou non à cette affaireDans le sillage de ce signalement, une enquête préliminaire avait été ouverte. Les enquêteurs cherchent désormais à déterminer si les soupçons qui planent autour de ces attributions de marchés sont fondés ou non et si Kader Arif y est ou non mêlé de près ou de loin. Aussi, ses bureaux au ministère de la Défense ont été perquisitionnés jeudi. On ignore cependant ce que les policiers mandatés cherchaient exactement et ce qu’ils y ont éventuellement trouvé.

Publicité
Interrogé le mois dernier par La Dépêche du Midi, Martin Malvy s’était déclaré "scandalisé" par ces "persifflages" et ces "insinuations" en provenance de l’opposition. Kader Arif avait quant à lui dénoncé "des amalgames".

Vidéo sur le même thème : Des proches de Kader Arif dans le viseur de la justice

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité