La gestion de la crise de "gilets jaunes" ferait-elle sortir Emmanuel Macron de ses gonds ? Selon les informations du Canard enchaîné, le chef de l'Etat se serait récemment très énervé...

Emmanuel Macron pique une colère : "ce petit 'branleur' de Philippe"

Le mouvement des "gilets jaunes" complique les relations entre Emmanuel Macron et Edouard Philippe. Déjà vendredi 30 novembre, RTL rapportait, d’après un proche du pouvoir, que le chef de l’Etat et son Premier ministre "ne se parlent pas". Puis, les violences commises en marge de la manifestation du 1er décembre à Paris ont ajouté à la tension au sein de l'appareil exécutif. 

Un événement en particulier a cristallisé la colère d’Emmanuel Macron, au point qu’il ne mache pas à ses mots à l'encontre du chef du gouvernement, selon les informations du Canard enchaîné, publié ce mercredi 5 décembre, reprises par Gala. En cause, le fait qu’Edouard Philippe fête son anniversaire le soir-même à l’heure du bilan des dégâts.

Une information dont le président de la République a été "mis au parfum dès son retour d’Argentine" le dimanche 2 décembre, précise le palmipède. Emmanuel Macron aurait alors "piqué une colère contre ce ‘branleur’ (sic) de Philippe", poursuit le journal satirique. Le locataire de l’Elysée aurait également déclaré à l’encontre du Premier ministre : "[il] n'a pas été assez présent".

Emmanuel Macron pique une colère : "une visite au pas de charge"

Principal reproche : Edouard Philippe ne s’est pas rendu sur les lieux de désolation, tel que l’Arc de Triomphe, dès le samedi soir, ce qui aurait obligé Emmanuel Macron à s’y rendre à son retour le dimanche matin. A la suite des incidents, le locataire de Matignon a effectué "une visite au pas de charge", selon le Canard enchaîné, auprès d’une compagnie de policiers présente lors des affrontements place de l’Etoile.

"Sitôt celle-ci expédiée, il a filé rejoindre ses invités, laissant en plan son ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, et le secrétaire d'Etat Laurent Nunez, qui sont repartis seuls faire le service après-émeutes", explique le journal satirique. En effet, selon Marianne, une fête avec une trentaine de personne avait été organisée par sa femme dans leur appartement parisien.

Cependant, les 48 ans du Premier ministre auraient été célébrés en grande partie sans lui. Et pour cause, Edouard Philippe serait arrivé vers 22h30 pour repartir vers 23h30, selon l’AFP. Une parenthèse d’une heure avant d’aller rendre un hommage aux forces de l’ordre que n’aurait donc pas apprécié Emmanuel Macron.

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.