A l'occasion de son audition au Sénat mercredi sur le rôle des banques dans la fraude fiscale, Dominique Strauss-Kahn a fait la leçon aux sénateurs tout en lançant des piques à l'action du gouvernement. Plus de détails.

[image:fid::1354788|style::float:left;|alt::|title::|width::310]
Lors de l’audition de Dominique Strauss-Kahn au Sénat à propos du rôle des banques dans la fraude fiscale, l’ex-directeur du FMI n’a pas manqué donner des leçons aux sénateurs sur l’économie mais également lancer des attaques à l’encontre de la politique du gouvernement de François Hollande.Pendant pas moins d’une heure quinze, l’ex-ministre du Budget a donnéses préconisations sur la règlementation de la finance notamment enmatière de fraude fiscale. Après un exposé d’une dizaine de minutes surl’économie réelle, la finance et la crise, DSK a complété son allocutionen répondant aux questions des sénateurs.

Des attaques envers Hollande ?

A l’occasion de ces questions, Dominique Strauss-Kahn en a profité pour lancer une pique à François Hollande. "Incriminer la finance dans le désastre économique que nous vivons en Europe en général et en particulier dans notre pays, a pour moi à peu près la même pertinence qu'incriminer l'industrie automobile quand on parle des morts sur la route", a-t-il ainsi déclaré. Cela faisant référence au discours de campagne de François Hollande du Bourget dans lequel il avait désigné la finance comme "l’ennemi".

Alors que cette audition a mis la gauche dans l’embarras, la commission sénatoriale doit rendre son rapport sur les fraudes fiscales pour l’automne prochain.
 

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.