Ecouter l'article :

Alexandre de Taddeo, destinataire des vidéos intimes de Benjamin Griveaux, a accordé sa toute première interview à "66 minutes", sur M6. Son attitude et ses propos ont fait réagir, pas toujours en bien.

Son témoignage manquait pour rassembler les sources majeures de cette enquête. Alexandra de Taddeo s’exprimait pour la première fois depuis la divulgation des vidéos à caractère sexuel de Benjamin Griveaux, dont elle était la destinataire. Dimanche 1er mars, l’étudiante de 29 ans a choisi M6 et l’émission 66 minutes pour en révéler davantage. Lors de cet entretien, elle a donné plus de détails sur l’affaire Benjamin Griveaux, notamment sur sa relation avec l’ex-candidat aux élections municipales parisiennes, et la raison pour laquelle ils ont coupé tout contact.

La jeune femme explique, notamment, ne pas avoir demandé les vidéos que l’homme politique lui envoyait, et que ce dernier lui transmettait "naturellement". Alexandra de Taddeo raconte également leur seule rencontre physique : "Un rendez-vous un peu décevant qui s’est conclu de manière physique et donc, par un adultère".

Un comportement qui énerve les téléspectateurs

L'attitude de la jeune femme au cours de l’interview a beaucoup énervé les internautes, notamment au moment d’évoquer son actuel compagnon et celui qui a diffusé les vidéos, Piotr Pavlenski. Pour rappel, le couple a été mis en examen pour "atteinte à la vie privée" et "diffusion sans l'accord de la personne d'un enregistrement à caractère sexuel". Alexandra de Taddeo déplore le fait qu’ils ne puissent pas se réunir.

"Je l'aime et je le soutiendrai, il doit le savoir et il me manque énormément", se confie-t-elle. "J'espère qu'on pourra bientôt se voir, et même si c'est très dur, je pense que tout ça va énormément nous rapprocher". Son comportement a fait énormément réagir. Les téléspectateurs lui ont reproché son sourire omniprésent tout au long de l’émission, et n'ont pas hésité à le faire savoir, notamment sur Twitter. Certains ont même affirmé que l’étudiante de 29 ans ne serait pas tant "innocente" et "manipulée" que le disent ses parents. Dans tous les cas sur Twitter, beaucoup se sont lâchés.

Contribuez à sauver des milliers d'enfants : en savoir plus sur le leg Unicef

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.