Plus que jamais, l'Etat est bien décidé à observer de près un certain nombre de niches fiscales pour faire des économies. Quitte à limiter les avantages dont vous bénéficiez jusqu'à présent ?
Istock

Avantages fiscaux menacés : ce que risquent les retraités expatriés

Entre les retraités expatriés français qui échappent, pour le moment, à la hausse de la CSG et ces entreprises ultra-polluantes qui ne sont pas taxées (du tout !), il demeure, dans le monde feutré des niches fiscales, un certain nombre d’iniquités. D’où la volonté, depuis des années déjà, des gouvernements successifs d’en finir avec ces ristournes (tout du moins, d’en réduire une grande partie). Et les mesures visant à enrayer les allègements les plus "injustes" en 2018 vont bon train.

A lire aussi : Assurance vie : cette nouveauté fiscale qui peut rapporter gros

Prenons tout d’abord l’exemple des retraités expatriés français. Si ceux qui vivent sur le territoire national subissent, pour la majorité, de plein fouet la hausse de la CSG (+1,7 %) depuis janvier 2018, ceux qui ont pris le parti de séjourner dans d’autres contrées sont, eux, préservés de cette déconvenue. Mais cela, c’était sans compter sur la mise en place du prélèvement à la source d’une part, la volonté d’un député (LREM) répondant au nom de Sacha Houlié d’autre part. Lequel, dans une récente note, a demandé à ce que les retraités non-résidents français soient à égalité avec ceux qui vivent sur le territoire et qu’ils cessent, de fait, de bénéficier de cet avantage.

Des économies d'impôts avec la défiscalisation Pinel (contenu sponsorisé)

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.