Tout comme notre sécurité, la hausse des températures mondiales risque d'affecter notre consommation de produits populaires. La bière, le whisky, le vin, le café…pourraient devenir des produits de luxe.
IllustrationIstock

Les conséquences insoupçonnées du réchauffement climatique : vers une pénurie mondiale de bière ?

Alerte ! Une terrible menace pourrait peser sur les amateurs de « bonne mousse ». Si nous ne maintenons pas le réchauffement climatique à moins de 2°C, objectif fixé en décembre 2015 à la COP21, les vagues de chaleur et de sécheresse vont s’intensifier. La revue scientifique Nature Plants a révélé le 15 octobre que la production d’orge malté, céréale à partir de laquelle sont fabriqués la bière et le whisky, pourrait alors drastiquement chuter.

Dans des cas extrêmes, la bière, boisson alcoolisée la plus populaire au monde deviendrait ainsi plus rare, et son prix pourrait doubler ! Dans un communiqué, Dabo Guan, professeur en économie du changement climatique à l'Université d'East Anglia (Grande-Bretagne) et co-auteur de l'étude, souligne qu’"une baisse de la production mondiale d'orge, c'est une chute encore plus grande de la production d'orge consacrée à la bière", dont la confection repose sur "les cultures de haute qualité" (soit 20 % de l’orge mondiale), rapporte Sciences et Avenir.

Selon les chercheurs, on pourrait de ce fait s’attendre un écroulement de 16% de la production mondiale de bière, soit la consommation annuelle des Etats-Unis. De quoi nous mettre la pression ? 

A lire aussi : Réchauffement climatique : quelles conséquences pour le climat ?