Invité ce 12 mai dans l'émission Vivement dimanche, Jean-Luc Lahaye a fait quelques révélations surprenantes sur son passé. Planet vous propose de découvrir tous les secrets du chanteur des années 80.
Capture Instagram

Enfant de la DDASS et début de carrière

 ©Couverture album

Jean-Luc Lahaye vient au monde le 23 décembre 1952 à Paris dans le Xe arrondissement de la capitale. Enfant, le chanteur est placé à la DDASS (la direction départementale des affaires sanitaires et sociales) sous le matricule 65 RTP 515. “J'ai une histoire un peu particulière parce que je n'ai pas habité avec mes parents. J'ai connu mon père quand j'avais l'âge de 12 ans, après je l'ai vu très peu de fois. Puis j'ai découvert que j'avais une soeur. J'ai aussi un petit frère de sept ans’, a-t-il confié ce 12 mai à Michel Drucker dans Vivement dimanche.

Publicité

Plus tard, il se perfectionne au métier de technicien dont le rôle est de régler les machines de production à la Snecma, une société d'étude et de construction de moteurs d’aviation.

Après cela, l’interprète de Femme que j’aime est embauché comme barman dans un restaurant dont le patron Gérard Pedron deviendra par la suite son producteur. C’est à cette époque qu’il fait la connaissance de la chanteuse Dalida. De 1975 à 1979, la chanteuse lui loue un de ses appartements au dernier étage de sa résidence.

Publicité

Jean-Luc Lahaye et son titre culte "Femme que j'aime"

En 1979, il sort son premier 45 tours intitulé Maîtresse, maîtresse puis un second un an plus tard, Allez viens et enfin un troisième, C’est quand l’entr’acte. Malheureusement pour lui, le succès n’est pas au rendez-vous. Ce n’est que trois ans après avoir sorti son premier 45 tours qu’il rencontre son premier succès avec la chanson Femme que j’aime. Après avoir enregistré son premier album Appelle-moi Brando en 1983, il se produit en première partie des spectacles de Linda de Suza et de Michel Leeb à L’Olympia. Grâce à ses titres Pleure pas et Papa chanteur tirés de son second album, la star renoue avec le succès.

C’est à la fin des années 80 que le chanteur rencontre un réel passage à vide. Son quatrième album passe totalement inaperçu et ses deux singles Do l’enfant d’eau et Partie sans laisser d’tendresse ne rencontrent pas le succès escompté.