Après une année de restrictions dues au coronavirus, l'exemplarité et la discipline pour laquelle le président de la République félicitait les Français n'est désormais plus de mises. Fausses factures, camionnette de nettoyage, kit Deliveroo… Certains ne manquent pas d'imagination pour contourner les mesures en vigueur.
Fausses factures, camionnette, kit Deliveroo… Les astuces les plus délirantes des Français pour contourner le couvre-feuAFP

Fausses attestations et fausses factures

Confinement, couvre-feu, attestations… Depuis un an, ces mots sont rentrés dans notre vocabulaire et les restrictions diverses et variées pour lutter contre la propagation du coronavirus ne cessent de s’enchaîner. Entre lassitude et envie irrépressible de reprendre une vie normale, les Français, qui l’année dernière, lors du premier confinement, avaient majoritairement respecté les restrictions, se retrouvent, lors de cette 3ème vague, plus enclins à transgresser les règles.

Enfreindre la loi, oui, mais pas à n’importe quel prix. "Toute infraction à ces règles sera sanctionnée." Dès sa première allocution, le 16 mars 2020, le président Emmanuel Macron a prévenu les Français. Et le montant de l’amende est salé puisqu’il s’élève à 135 € pour une première infraction en guise d’avertissement. En effet, en cas de récidives, la note peut s’élever jusqu’à 3750 € et six mois d'emprisonnement. Donc pour enfreindre le couvre-feu et la limitation de déplacement dans un rayon de 10 km autour de son domicile, certains Français ne manquent pas d’imagination ou d’inventivité pour ne pas risquer l’addition.

Nos confrères du HuffPost ont recueilli auprès d’un panel de citoyens quelques-unes de leurs meilleures parades pour contourner les mesures en vigueur. La première astuce à laquelle on pense, c’est la falsification d’attestation. Mais pour cela, il faut un motif valable, alors certains profitent un peu de leur statut professionnel à l’instar d’Aurélie*, créatrice d’une association d’artisanat de 33 ans. Pour partir en week-end avec son conjoint au-delà des 10 kilomètres règlementaires imposés par le gouvernement, le temps du confinement, elle a "prétexté un faux rendez-vous dans un lieu d’exposition à Clermont-Ferrand". Mais elle ne s’est pas arrêtée là. Comme elle le confie au HuffPost, pour que son "prétexte" soit "béton", la créatrice a monté tout un stratagème pour que son excuse soit crédible en cas de contrôle. Une amie a envoyé un faux mail pour attester de ce soi-disant rendez-vous. Et pour justifier la présence de son conjoint dans le véhicule, le couple "a aussi inventé un faux trajet BlaBlaCar".

Ervan*, de son côté va jusqu’à falsifier ses factures d’électricité, dont il a toujours plusieurs exemplaires sur lui où sont inscrits des adresses différentes en fonction du lieu où il souhaite se rendre. "J’avais bien respecté le premier confinement, on ne connaissait rien du virus, on n’avait pas de masques, pas d’habitudes", souligne-t-il auprès de nos confrères. "Aujourd’hui, j’ai l’impression que les mesures laissent toujours circuler le virus, et j’estime ne pas le propager en circulant masqué, majoritairement à vélo ou en dehors des heures de pointe, pour visiter des coins de Paris souvent vides, éloignés, que je ne prends pas le temps de découvrir quand on peut changer de région", poursuit-il. Pour se rendre dans un endroit de la capitale ou en région parisienne hors du périmètre des 10 kilomètres, il a toujours dans sa poche une facture d’électricité indiquant qu’il habite à proximité.

D’autres Français plus téméraires et intrépides, ont trouvé d’autres parades encore plus délirantes pour contourner les mesures de restrictions.

* Les prénoms ont été modifiés.

Pourquoi nous donnons le bilan de compétence pour seulement 0€ – Ce n’est pas une erreur de prix ! Cliquez ici pour en savoir plus >

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.