C'est l'une des dernières formules permettant d'obtenir une rentabilité immobilière convenable tout en limitant le poids de la fiscalité. Les détails avec Planet.fr.

Fixer librement le niveau du loyer et récupérer facilement la jouissance de son bien en fin de bail : ce qui est impossible avec la location nue l’est toujours avec la location meublée ! Depuis 2009, les loueurs en meublé n'ont pratiquement plus accès au statut professionnel. En effet, l’activité de loueur doit représenter plus de la moitié des revenus du foyer fiscal.

Toutefois, si vos charges représentent moins de 50% du montant de vos recettes, vous pouvez opter pour un autre régime très avantageux : celui du micro BIC. Grâce à ce régime seule la moitié de vos loyers sera imposable au titre de l’impôt sur le revenu et des prélèvements sociaux (CSG + CRDS = 15,5%) à condition de ne pas encaisser plus de 32 600 euros de loyers/an.

Non imposition totale

La location meublée permet parfois d’éviter toute imposition. C’est le cas si vous louez une partie de votre résidence principale. Quelques conditions sont néanmoins requises pour profiter de cette franchise : respecter des plafonds de loyers (15 euros/m² en Ile-de-France) et que la/les pièces louées constituent bien la résidence principale de votre locataire.

Les chambres de service aménagées sous les combles d’un immeuble d’habitation peuvent s’inscrire dans le champ d’application de l’exonération si elles font toujours partie de l'habitation principale du loueur.

Le bail est ramené à une durée d'un an tacitement reconductible, voire seulement 9 mois si le locataire est étudiant.

Des économies d'impôts avec la défiscalisation Pinel (contenu sponsorisé)

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.