Le manque de lumière et l'exposition au bruit de ces logements sont compensées par un prix et des charges minorées.

Acheter en rez-de-chaussée : une ristourne plus que conséquente

Il suffit de se promener en ville pour constater que le look des rez-de-chaussée (RDC) à changé. Fini les grilles de protection qui donnaient un aspect cellulaire à ces locaux de plain-pied. Protégés par des huisseries et des vitres anti effraction dépolies, les RDC se fondent désormais dans la façade des immeubles.

Bien qu’ils représentent près de 10% du parc en centre-ville, ces logements sont délaissés : lorsqu’ils ont le choix, la plupart des citadins privilégient principalement les étages élevés en raison de la luminosité et du calme qu’ils procurent. Résultat, en ville où les prix au m² atteignent des niveaux stratosphériques, les RDC permettent aux acheteurs au budget serré de s’installer en profitant d’une ristourne substantielle.

Publicité
Publicité

Selon une récente enquête du réseau MeilleursAgents.com, la différence de prix entre un rez-de-chaussée et un dernier étage varie de 15% en province et de 19% à Paris. Ce delta atteint même 25 % s'il s'agit d'une chambre de bonne située sous les toits d'un immeuble parisien. Sur la base d’une réduction de 19%, la différence pour l’achat d’un appartement parisien de 50 m² (vendu 9000€/m²) permet d’économiser plus de 80.000 euros ! Sur la même base, dans des métropoles de province comme Bordeaux, Lyon et Nice où le m² se négocie autour de 4200 euros, la ristourne dépasse 40.000 euros. De quoi payer les frais de notaire !