A bien des égards, Brigitte Bardot a été l'un des visages de la France à l'étranger. Elle a vécu une vie de mannequinat, de chanson et de succès incroyables... Qui auraient pu la rendre riche.
Contrats pub, succès phénoménal... Que sait-on de la fortune de Brigitte Bardot ?AFP

Brigitte Bardot est-elle riche ? A en croire son biographe, pas nécessairement. La star qui, un temps, incarnait l’un des plus beaux visages de la France à l’étranger ne "roule pas sur l’or", affirme Yves Bigot, qui a écrit un ouvrage sur l’octogénaire. Il accordait au magazine Challenges une longue interview à l’occasion des 80 ans de l’ancienne actrice, en 2014. Et selon lui, la militante animale aurait pu finir autrement plus fortunée qu’elle ne l’est aujourd’hui. "Elle a refusé pratiquement tous les contrats les plus mirobolants qui lui ont été proposés. Le premier d’entre eux, c’est la Warner qui lui a fait un pont d’or alors qu’elle était encore inconnue en 1954. Elle avait un rôle très secondaire dans un péplum de Robert Wise: Hélène de Troie, tourné en Italie. Elle jouait le rôle d’une esclave. Mais les producteurs ont été bluffés par son naturel, sa beauté et sa fraîcheur. Elle a refusé de partir aux Etats-Unis. Trop loin, trop dangereux… Elle ne voulait pas perdre sa liberté", explique-t-il à nos confrères. 

Brigitte Bardot aurait pu être très riche

La chanteuse a fait de même avec les disques qu’elle aurait pu enregistrer, soutient-il. "Elle ne voulait pas quitter Vadim. Elle a abandonné sa carrière de danseuse et s’est mise au cinéma pour lui. Tout au long de sa carrière, elle a reçu des propositions exceptionnelles pour tourner avec Sinatra, pour aller à Hollywood, pour enregistrer des disques." Il précise d’ailleurs qu’elle n’a jamais déposé de marque. "Cela ne veut pas dire qu’elle n’a pas le sens des affaires. Au contraire. Fille d’un entrepreneur, elle négociait elle-même ses contrats sans consulter systématiquement ses avocats, y faisait ajouter des conditions… Elle a ainsi été la première interprète à coproduire ses films", rappelle-t-il. "Si sa fortune avait été à la hauteur de sa popularité et des réactions qu’elle a suscitées, elle serait à la tête d’un pactole colossal". 

L’actrice continuait à l’époque les contrats publicitaires ; puisque Lancel comme la ville de Saint-Tropez exploitaient alors son image. Malheureusement pour elle, elle n’a pas su obtenir les récompenses de son succès, rappelle BFMTV. Ce n’est pas faute, pourtant, d’avoir fait appel aux tribunaux de Justice, expliquant qu’elle n’avait jamais touché le pourcentage négocié sur les recettes des films des années 50-60… Qu’elle n’a d’ailleurs pas pensé à réclamer avant les années 2000.

En 2020, elle a mis en vente une maison estimée à plusieurs millions d’euros ; ce qui la rend tout de même éligible à l’impôt sur la fortune immobilière, rappelle Femme Actuelle.

Venez vous divertir autrement sur Hedony : Livres, jeux en ligne, cours en ligne et bien plus encore !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités people,
en vous abonnant à la newsletter FemmesPlus.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.