Une décote sur les pensions des salariés partant à 62 ans. Telle est l'inquiétude des Français. Ce sujet ultra-sensible, au cœur du débat de la réforme des retraites, a été traité cette semaine.

Réforme des retraites : la crainte d’une pension diminuée

Le verdict est tombé ! A quelques semaines de la controversée réforme des retraites, Paul Delevoye a dévoilé de nouvelles informations sur le très attendu âge de référence et l’éventuel système de décote et de surcote. Le haut-commissaire du gouvernement chargé de piloter ce dossier, a en effet précisé ce mercredi 23 janvier que l’âge de départ à la retraite resterait inchangé.

Quid de l’éventuel malus ? Il n’y aura pas de décote pour les retraités partant à 62 ans, a-t-il assuré.

Publicité

Ceux désirant travailler davantage pourront même bénéficier d’une surcote, précise-t-il sur Europe 1. "Nous laissons la liberté de choix de partir à 62 ans. Si les gens veulent partir plus tard, c'est leur liberté. Evidemment, il n'est pas choquant que si vous partez plus tard, votre retraite soit plus élevée."

Publicité

A lire aussi :  Retraite : le véritable impact du prélèvement à la source sur votre pension

Réforme des retraites : une adoption courant 2019

Les mois à venir seront déterminants. Plusieurs points délicats risquent d’ailleurs d’irriter les syndicats. Le dossier de réforme, qui vise à instaurer "un système universel de retraites" doit être déposé au Parlement à la mi-2019, selon Jean-Paul Delevoye. Comme le rappelle LCI, l’objectif est de rendre le système de retraite plus juste : "un euro cotisé donnerait les mêmes droits, quel que soit le statut du cotisant."

Son entrée en vigueur est prévue pour 2025. Les personnes nées à partir de 1963 seront les premières concernées.

En vidéo : Retraites : les allocations qui vont augmenter