maxppp
La retraite ? Mieux vaut la préparer tout au long de sa vie. A quel âge partir ? Quels papiers conserver ? Comment estimer le montant de sa pension ? Comment se constituer une épargne individuelle ? Faut-il racheter des trimestres ? Toutes les réponses aux questions que vous vous posez !
Sommaire

1. A quel âge prendre ma retraite ?

© Creative Commons© Creative Commons© Creative CommonsC'est en moyenne à 61 ans et demi que les Français liquident leurs droits. Vous, à quel âge sauterez-vous le pas ? Pour vous y retrouver parmi les solutions qui s'offrent à vous, trois âges à retenir :

- L'âge légal. C'est l'âge minimum auquel vous pouvez liquider vos droits, même si vous n'avez pas travaillé le nombre de trimestres nécessaires pour une retraite sans décote.

L'âge légal est de 60 ans pour les personnes nées avant le 1er juillet 1951. Suite à la réforme des retraites, il est de 62 ans pour les assurés nés en 1956 et après.

D'ici 2018, l'âge légal augmentera de 4 mois par an : 60 ans et 4 mois pour les assurés nés au 2ème semestre 1951, 60 ans et 8 mois pour ceux de 1952, 61 ans pour ceux de 1953, 61 ans et 4 mois pour ceux de 1954, 61 ans et 8 mois pour ceux de 1955.

Vous pourrez toujours partir à 60 ans si vous bénéficiez du dispositif de compensation de la pénibilité ou du dispositif carrières longues.

- L'âge de la retraite sans décote. Vous n'avez pas cotisé suffisamment de trimestres ? Si vous ne voulez pas subir une décote sur votre pension, vous devrez attendre quelques années de plus pour partir.

L'âge de la retraite automatique à taux plein est de 65 ans si vous êtes né avant le 1er juillet 1951, 65 ans et 4 mois si vous êtes nés au 2ème semestre 1951, 65 ans et 8 mois si vous êtes de 1952, 66 ans si vous êtes de 1953, 66 ans et 4 mois si vous êtes de 1954, 66 et 8 mois si vous êtes de 1955, 67 ans si vous êtes né en 1956 ou après.

Certains pourront continuer à bénéficier d'une retraite sans décote à 65 ans, quelle que soit leur durée d'assurance : les mères de 3 enfants ou plus nées avant 1956 qui ont interrompu leur carrière pour s'occuper de l'un d'eux, et les parents d'enfants handicapés qui ont aussi cessé de travailler pour s'en occuper.

- L'âge de la retraite d'office. Fonctionnaires mis à part, il n'y a pas d'âge maximum pour la retraite. Mais à partir de vos 70 ans, votre employeur peut vous mettre d'office à la retraite, même sans votre accord.

Plus de détails sur la réforme des retraites

2. Comment préparer ma retraite ?

© Creative Commons© Creative Commons© Creative CommonsEtape 1 : C'est tout au long de la vie active que la retraite se mitonne...

D'abord en conservant ses papiers : bulletins de salaire, contrats et certificats de travail, justificatifs de périodes de chômage, relevés de versements d'indemnités journalières de maladie ou de maternité, etc.

Ensuite en vous constituant une épargne personnelle, si vous craignez une baisse de revenus. Plusieurs solutions : les investissements immobiliers, l'épargne traditionnelle ou encore les produits spécialement dédiés à l'épargne retraite.

Etape 2 : Environ deux ans avant la retraite, c'est le moment de rentrer dans les détails. Identifiez les organismes dont vous dépendez. S'ils ne vous ont pas adressé vos relevés de carrière, demandez-les, vérifiez-les, faites-les corriger le cas échéant. Vous pourrez ensuite estimer votre retraite et, si nécessaire, racheter des trimestres.

NB : Si vous êtes au régime général, vous pouvez à tout âge consulter en ligne votre relevé de carrière (détail des trimestres validés pour votre retraite de base et de vos salaires). Nouvelle mesure, qui se met en place peu à peu : chaque salarié recevra à terme, tous les 5 ans à partir de ses 35 ans, un relevé de situation individuelle, avec les droits acquis pour la retraite de base et complémentaire. (Savoir quand vous recevrez le vôtre)

3. L'épargne retraite : comment ça marche ?

 title=© Creative Commons© Creative Commons© Creative Commons© Creative Commons© Creative Commons© Creative CommonsVous craignez que votre pension ne suffise pas ? Anticipez ! L'épargne retraite est l'une des solutions.

L'épargne retraite collective. Certaines entreprises proposent à leurs salariés de placer de l'argent dans le cadre d'un Perco, Plan d'épargne retraite collectif. L'épargne sera accessible à la retraite sous forme de rente ou de capital. Les sommes versées (qui peuvent provenir de votre employeur, de votre épargne personnelle, de votre intéressement, etc.) sont investies dans un portefeuille de valeurs mobilières.

L'épargne retraite individuelle. Vous pouvez à tout âge ouvrir un Perp, Plan d'épargne pour la retraite, et y verser ce que vous désirez. Le capital est converti à votre retraite en rente à vie.

Selon votre métier, d'autres solutions sont possibles, par exemple les contrats "loi Madelin" si vous êtes artisan, commerçant, profession libérale, les contrats "Madelin agricole" si vous êtes agriculteur non salarié, ou le régime Préfon si vous êtes fonctionnaire.

Perp ou assurance-vie ? L'avantage du Perp, spécifiquement conçu pour la retraite, est surtout fiscal : vous ne payez pas d'impôts sur les sommes versées (dans une certaine limite). Le calcul peut être rentable pour les actifs très imposés : ils devront déclarer l'argent touché une fois à la retraite mais leurs revenus seront alors probablement plus bas. Les sommes versées en assurance-vie sont en revanche imposables.

L'atout de l'assurance-vie : sa flexibilité - vous pouvez changer d'avis (l'argent n'est pas bloqué jusqu'à la retraite) et choisir à la sortie entre capital et rente. Le hic : si vous débloquez l'argent avant 8 ans, vous ne bénéficierez pas de la non-taxation au titre de l'impôt sur le revenu des intérêts et plus-values (dans la limite de 4600€ par an).

4. Les régimes de retraite : un casse-tête ! Où suis-je ?

 title=© Creative Commons© Creative Commons© Creative Commons© Creative Commons© Creative Commons© Creative CommonsLa retraite ? Un système à trois étages : le régime de base obligatoire, le régime complémentaire obligatoire et l'épargne retraite facultative.

Salariés. En résumé, retenez que les salariés de l'industrie, du commerce et des services relèvent du régime général de la Sécurité sociale, la Cnav (Caisse nationale d'assurance vieillesse), pour leur retraite de base, et des régimes Arrco et Agirc pour leur retraite complémentaire. Les salariés de l'agriculture sont quant à eux affiliés à la MSA, Mutualité sociale agricole et à l'Arrco.

Fonctionnaires. Si vous avez travaillé plus de 15 ans comme fonctionnaire, vous dépendez du Service des retraites de l'Etat et du Régime additionnel de la fonction publique. Sinon, c'est la Cnav et l'Ircantec, Institution de retraite complémentaire des agents non titulaires de l'État et des collectivités publiques, qui gèrent votre dossier.

Les indépendants. Les artisans, commerçants et industriels relèvent du RSI, Régime social des indépendants pour leur retraite de base comme complémentaire. Pour les exploitants agricoles, c'est la MSA. Les professions libérales dépendent de caisses spécifiques, selon les métiers.

Où trouver des infos ? Le site Info-retraite propose un outil utile pour déterminer de quels organismes vous dépendez. Vous pouvez aussi trouver ici les coordonnées des différents organismes.

5. Comment estimer le montant de ma retraite ?

 title=© Creative Commons© Creative Commons© Creative Commons© Creative Commons© Creative Commons© Creative CommonsVotre pension sera l'addition de vos retraites de base et complémentaire.

Règles de calcul. Un salarié du régime général obtient une retraite de base à taux plein s'il a cotisé le nombre de trimestres nécessaires (163 si vous êtes né en 1951, 164 en 1952, 165 en 1953 ou 1954) ou automatiquement à partir d'un certain âge. Votre retraite de base dépend du salaire annuel moyen de vos 25 meilleures années, dans la limite d'un certain plafond. Si vous partez sans avoir le bon nombre de trimestres, votre pension subit une décote. Si vous continuez à travailler au-delà, vous obtenez une surcote.

Quant au montant de votre complémentaire : c'est en résumé le nombre de points accumulés durant votre carrière, multiplié par la valeur du point.

Des outils pratiques. A tout âge, vous pouvez estimer le montant de votre retraite en ligne grâce au simulateur M@rel. Nouveau : à 55 ans, puis tous les 5 ans, les assurés reçoivent désormais une estimation indicative globale, avec les montants estimés de leur retraite, selon l'âge de liquidation. Facile alors de comparer les scénarios !

6. Puis-je racheter des trimestres ?

 title=© Creative Commons© Creative Commons© Creative Commons© Creative Commons© Creative Commons© Creative CommonsSi vous n'avez pas cotisé assez pour une retraite sans décote, vous pouvez dans certains cas racheter jusqu'à 12 trimestres, avant de liquider votre retraite.

Il peut s'agir d'années d'études supérieures ou d'années pour lesquelles vous n'avez pas validé 4 trimestres. Vous pouvez ensuite racheter des points de retraite complémentaire auprès de l'Arrco-Agirc, jusqu'à 70 par année d'études supérieures, dans la limite de trois ans.

Le coût d'un trimestre varie notamment selon votre âge et vos revenus, entre 1002 et 5622 euros en 2011. Des tarifs élevés : avant de vous décider, calculez ce que vous gagnerez sur votre pension et voyez au bout de combien d'années l'investissement est rentable.

7. Je suis décidé : comment prendre ma retraite ?

 title=© Creative CommonsLa retraite n'est pas automatique : il faut la demander auprès des caisses dont vous dépendez. Pour éviter une coupure de revenus, mieux vaux s'y prendre en avance. Délai conseillé : 4 à 6 mois avant la date de liquidation des droits souhaitée, selon les organismes.

Pour votre retraite de base, il suffit, dans la plupart des cas, de vous adresser au dernier régime auquel vous avez été rattaché.  Vous êtes salarié ? N'oubliez pas de demander ensuite votre retraite complémentaire.

Les fonctionnaires s'adresseront au service du personnel de leur administration.

8. Retraite : je suis parent, quels sont mes droits ?

 title=© Creative Commons© Creative Commons© Creative Commons© Creative Commons© Creative Commons© Creative CommonsAvoir des enfants donne droit à des compensations au moment de la retraite.

Des trimestres en plus. Quatre trimestres sont accordés à la mère par enfant, pour la grossesse et l'accouchement. Pour les enfants nés avant le 1er janvier 2010, 4 autres trimestres lui sont en outre accordés au titre de l'éducation. Pour les enfants nés à partir de 2010, ces 4 trimestres d'éducation peuvent être répartis entre les parents.

Les parents de 3 enfants. Dans la plupart des régimes, pères et mères de 3 enfants ou plus voient le montant de leur retraite de base majorée de 10% - c'est le cas à la Cnav. Chez les fonctionnaires, chaque enfant au-delà du 3ème donne droit à une majoration de 5%, en plus des 10%.

A lire aussi : Les spécificités de la retraite des fonctionnaires

9. Qu'est-ce que le minimum vieillesse ?

© Creative Commons© Creative Commons© Creative CommonsVous n'avez pas assez cotisé ? A partir de 65 ans, vous pourrez peut-être toucher l'Allocation de solidarité aux personnes âgées, ex-"minimum vieillesse".

Quelles conditions ? Vos ressources ne doivent pas dépasser 8507,79 euros par an (708,95 euros par mois) si vous vivez seul, 13 889,62 euros par an (1157,46 euros par mois) si vous êtes en couple. 

Combien ? La somme touchée dépend de vos ressources, mais s'élève au maximum à 8507,49 euros par an si vous vivez seul ou si vous êtes le seul à toucher l'Aspa dans votre couple, 13889,62 euros par an pour deux. (Montants revalorisés au 1er avril.)

Exemple : Vous êtes célibataire et disposez d'un revenu annuel de 7000 euros, vous pouvez toucher 8507,49 - 7000 = 1507,49 euros par an.

Plus d'infos sur l'Aspa

10. Pourrai-je travailler à la retraite ?

 title=© Creative Commons© Creative Commons© Creative Commons© Creative Commons© Creative Commons© Creative CommonsTravailler et toucher une pension : c'est possible !

La retraite progressive. Elle vous permet de travailler à temps partiel tout en touchant une partie de votre pension. Il faut toutefois avoir atteint l'âge légal et avoir validé 150 trimestres.

Pendant votre retraite progressive, vous continuez à accumuler des droits pour votre retraite de base définitive et à acquérir des points pour votre retraite complémentaire. Idéal pour ceux qui n'ont pas encore assez de trimestres pour un taux plein mais veulent travailler moins.

Le cumul emploi-retraite. Vous êtes déjà à la retraite et souhaitez reprendre le travail ? Vous pouvez dans certains cas cumuler salaire et pension. Renseignez-vous auprès de vos caisses de retraite car les règles varient selon les régimes.

Les ex-salariés pourront par exemple cumuler sans restriction emploi et salaire s'ils choisissent une activité non-salariée. Pour avoir le droit de cumuler intégralement revenus salariés et pension, il leur faut toucher une retraite sans décote.

Les salariés touchant une pension avec décote peuvent aussi reprendre une activité salariée (immédiatement chez un autre employeur ou minimum 6 mois après le départ en retraite chez le même employeur), mais le total salaire + retraite ne doit pas dépasser la moyenne des trois salaires d'avant la retraite.