Pour éviter qu'un conjoint ne se retrouve sans logement du jour au lendemain au moment du décès de son partenaire, la loi lui accorde des droits qui lui assurent un maintien dans les lieux.
Istock

Si vous étiez marié(e), une année pour voir venir

Vous venez de perdre votre conjoint(e)* ? Selon la loi, vous disposez d'une année après le décès pour continuer à vivre gratuitement dans votre résidence principale, avec l'usage du mobilier qui s'y trouve. Cela est valable si le logement appartenait au couple, seulement au défunt**, ou si vous étiez locataires.

Cependant : le conjoint survivant devra tout de même s'acquitter des charges et réparations d'entretien du logement, ainsi que de la taxe d'habitation.

En cas de location, le loyer est pris en charge par la succession. Si les comptes du défunt ont été bloqués, le loyer est remboursé au fur et à mesure de son acquittement par le notaire en charge du règlement de la succession. Au bout d'un an, vous bénéficiez du transfert de bail et assumerez ensuite le paiement des loyers si vous souhaitez rester dans les lieux. 

* le terme de "conjoint" est utilisé pour les personnes mariées.

** même si le logement est en indivision avec une autre personne comme un frère, une sœur, un enfant…

Conserver à vie son logement en viager

Si vous étiez propriétaire et marié, en tant que survivant(e), vous bénéficiez d’un droit d’habitation en viager.

Comment s’y prendre : vous avez un an à compter du décès pour demander auprès des autres héritiers à bénéficier de ce droit*. Celui-ci vous permet d’habiter le logement familial jusqu’à votre propre décès, et cela même si vous venez à vous remarier. 

Cependant : il faut avoir accepté la succession pour en bénéficier. La valeur du droit viager est soustrait à votre part d'héritage**. Celle-ci est calculée d'après la valeur locative du bien et de votre espérance de vie.

Attention : un testament peut changer la donne. En effet, votre conjoint(e), avant son décès, peut vous avoir privé de ce droit de viager ou avoir rajouté certaines conditions, comme une interdiction de louer le bien, ou un droit d'habitation révoqué en cas de concubinage, Pacs ou remariage. Le testament doit toutefois avoir été validé par un notaire.

Sachez-le : la demande de ce droit a tout son intérêt en cas de familes recomposées. Si tous vos enfants sont en commun, vous pouvez alors hériter de la totalité de la succession en usufruit.

 

* Attention : vous perdez ce droit si le logement était détenu par le défunt en indivision avec un tiers (fratrie, enfant, ex-épouse...).

** Soit cette valeur est inférieure à votre part d'héritage et vous aurez droit à un complément sur les biens existants, soit celle-ci est supérieure, et vous n’aurez rien à verser aux autres héritiers, même si leur part réservataire est entamée.

Des économies d'impôts avec la défiscalisation Pinel (contenu sponsorisé)

Vidéo : Il reçoit par erreur un virement de 177 000 euros... et disparaît dans la nature !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.