Tous les ans, des milliers de Français tombent des nues en découvrant la réalité cachée derrière certains contrats d'assurance-obsèque. Le régulateur du secteur banque et assurance pointe du doigt de nombreuses carences qui peuvent s'avérer coûteuse. Soyez vigilants.
Frais cachés, manque de transparence... La grosse arnaque des assurance-obsèqueIstock

Le moins que l'on puisse dire, c'est que le service laisse parfois à désirer. C'est en tout cas le constat que fait l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR), plus connu connu comme le régulateur des secteurs de la banque et de l'assurance. Cette fois-ci, explique MoneyVox, il s'attaque aux prestations relatives aux assurances-obsèque. Pour l'essentiel, il s'agit donc d'un produit auquel souscrit un individu donné, dans le but de préparer ses funérailles et de limiter les coûts qui pourraient théoriquement retomber sur ses héritières et ses héritiers. Fin 2017, l'ACPR recensait quelques quatre millions de contrats précisément destinés à cet effet.

Hélas, il semblerait que les assureurs ne soient pas les plus fiables. Un récent document publié par l'organisme pointe du doigt les nombreuses faiblesses et autres failles auxquelles tout un chacun - particulièrement les survivants ! - doit prêter attention. Au risque, sinon, de très vite déchanter…

Assurance-obsèques : les pièges dont il faut se méfier

"Les informations fournies aux souscripteurs en phase précontractuelle, de même que celles présentes sur les supports à caractère publicitaire, ne leur permettent pas toujours de bien comprendre le fonctionnement du produit et de son coût", assène en effet l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution dans son analyse.

Naturellement, la propension des frais de funérailles couverts pour l'assurance fait partie des motifs de déception récurrents, mais c'est loin d'être le seul problème. Explications.

Profitez d'un mois offert et accéder à des milliers de livres en ligne, jeux en ligne et cours en ligne !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.