Obtenir un revenu complémentaire devient facile grâce à la location de votre résidence principale ou secondaire. Ce qu'il faut savoir avant de se lancer.
Propriétaire : comment gagner de l’argent avec les locations saisonnières ?Istock

Pour l’année 2018, l’Insee a estimé à 15 % la hausse de la fréquentation des meublés de tourisme en France* proposés par des particuliers à travers les principales plateformes internet. Une augmentation qui se poursuit depuis des années, et qui ne représente qu’une partie de l’offre locative saisonnière proposée par les ménages français.

Un contexte favorable

Si l’idée de mettre à disposition des vacanciers sa résidence principale ou secondaire séduit autant, c’est parce qu’il y a un véritable enjeu financier : alors qu’en 2015 les hébergements touristiques proposés par des particuliers via des plateformes internet ne représentaient que 9 % de la fréquentation des hébergements touristiques marchands, ils en représentent 14 % en 2018*.

De nombreux touristes préfèrent désormais ce type d’hébergements, en recherche d’offres moins coûteuses, plus authentiques, plus intimistes et mieux adaptées aux familles. Une opportunité pour les propriétaires : d’après des données du site Abritel, un propriétaire peut gagner jusqu’à 6 000 euros mensuels durant l’été pour un logement de 2 chambres et plus, dans les départements les plus attractifs. Dès à présent, vous pouvez calculer ce que votre logement peut vous rapporter grâce à l’outil d’estimation disponible sur Abritel.

Une procédure simple

Néanmoins, des règles doivent être respectées. Pour les résidences secondaires louées dans les villes sans problèmes de logement et en dessous de certains seuils prévus par la loi, une simple déclaration en mairie est nécessaire. La location est alors possible sans limitation de durée. Toutefois, dans certaines grandes villes confrontées à des problèmes de logement, le propriétaire peut avoir à obtenir au préalable une autorisation de changement d’usage pour la location des résidences secondaires et un numéro d’enregistrement pour les résidences principales et secondaires qui devra être affiché sur l’annonce.

Vous pouvez mettre en location votre résidence principale, dans la limite de 120 jours par an. Au-delà de cette limite, cette résidence sera considérée comme une résidence secondaire soumise à l’obligation de déclaration

Si votre logement appartient à une copropriété, vous devez également vérifier que le règlement ne vous interdit pas la location saisonnière.

Une fiscalité souple

Qui dit revenus dit déclarations et imposition. Heureusement, plusieurs barèmes existent pour vous faciliter la tâche. Voici les différents régimes applicables.

  • Le régime micro-BIC

Vous pouvez bénéficier du régime micro-BIC à condition que votre chiffre d’affaires annuel ne dépasse pas 70 000 Euros hors taxe Le bénéfice taxable ou le résultat imposable est égal aux recettes annuelles brutes diminuées d’un abattement forfaitaire pour frais réputé tenir compte de toutes les charges de 50%.

Du fait de cet abattement, ce régime peut s’avérer intéressant, notamment lorsque le montant des charges et des amortissements se révèlent inférieur à 50% du montant des recettes annuelles hors taxe. Ce régime ne permet de déduire aucune charge pour son montant réel. A partir du moment où vos charges dépassent 50% des recettes brutes (exemple, les intérêts d’emprunt liés à l’achat du logement), il serait préférable d’opter pour le régime réel d’imposition.

  • Le cas particulier

Veuillez noter que les activités de meublés de tourisme classé et chambres d’hôtes relèvent, pour l’application du régime micro-BIC, du seuil applicable aux ventes, soit 170 000 euros et bénéficient d’un abattement forfaitaire pour frais de 71%.

  • Le régime réel simplifié ou réel normal

Le régime réel simplifié s’applique de plein droit aux contribuables, exclus du régime micro-BIC en raison de l’importance de leur chiffre d’affaires, de leur forme juridique ou de la nature de l’activité, dont les recettes annuelles n’excèdent pas 238.000 Euros HT. Il est caractérisé par un allégement des obligations déclaratives et comptables par rapport au "régime normal" d’imposition qui lui est obligatoire lorsque les recettes annuelles excèdent 238.000 Euros.

Le régime réel (simplifié ou normal) peut s'avérer plus avantageux que le micro-BIC, grâce aux charges qu'il permet de déduire des recettes locatives et aux amortissements qui peuvent être pratiqués mais c'est un régime fiscal plus compliqué, car il faut tenir une véritable comptabilité et il vaut mieux se rapprocher d'un expert-comptable.

Un ensemble de services

Pour rester attractif, votre logement se doit d’être toujours propre et présentable. Vous pouvez faire le choix de vous occuper vous-même de l’accueil, du ménage et du changement des draps, ou bien déléguer ces tâches à une personne ou à une société privée.

Dans les deux cas, l’entretien et le remplacement des consommable peut représenter un coût.

Pour maîtriser ces dépenses, les plateformes comme Abritel vous proposent d’ajouter des frais de ménages pour chacune de vos réservations. Ainsi, les vacanciers ont la garantie de trouver un logement impeccable et vous gardez toujours un œil sur vos revenus.

Utilisez l’outil de calcul des revenus potentiels disponible sur Abritel et à vous désormais de prendre les bonnes décisions pour gagner de l’argent, même en vacances !

Ce contenu ayant une portée purement informative, il ne doit en aucun cas être substitué aux normes en vigueur.

___________________

*Source : Insee Focus n°158 - 18/06/2019, estimations sur un panel d’enseignes (adhérentes à l’UNPLV ou à Gîtes de France).

Comparez les meilleures offres de mutuelles senior (contenu sponsorisé)

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.