C'est passé inaperçu entre Noël et le Jour de l'An, pourtant un nouveau décret concernant les travailleurs et les salaires a été voté. Il sanctionnera certains Français, rendant leur situation plus difficile encore, on vous explique…

Salaires : ce qui change en 2019

Pour certains, nouvelle année rime avec nouveau travail. Et pour les demandeurs d'emplois qui sont en phase d’en trouver un nouveau, il est possible que leur salaire soit revu à la baisse, en fonction de la région où ils se vous trouvent. Modifiée par décret le 28 décembre dernier, l’offre raisonnable d’emploi est désormais susceptible de contraindre un chômeur à accepter une proposition dont le salaire est plus bas que celui touché précédemment. Dans son calcul, ce dispsotif se base en effet sur le salaire moyen que perçoivent les actuels travailleurs dans cette même région. 

Par exemple, une personne qui touchait un salaire de 2000 euros en région parisienne avant de se retrouver au chômage, pourrait se retrouver, à travail égal, avec une rémunération de 1500 euros, s'il s'agit du salaire moyen régional. Par ailleurs, si des demandeurs d'emplois refusent deux offres "raisonnables", l’allocation qu’ils touchent sera supprimée et non suspendue. Ainsi, les droits du demandeur ne seront plus conservés.

Publicité

A lire également: Impôt sur le revenu, salaire… Ce qu'il vous restera vraiment après le prélèvement à la source

Publicité

Salaires : redécouvrez "l’offre raisonnable d’emploi"

Mais qu’est-ce qu’une offre d’emploi raisonnable ? Il s’agit d’une offre qui proposait depuis 2008 un salaire équivalant ou à 95% de ce que touchait le travailleur avant d’être au chômage, seulement si ce dernier était inscrit sur les listes de Pôle emploi depuis six mois. Elle était jusqu’à présent établie sur deux critères étant la comptabilité avec les "qualifications et compétences professionnelles" du demandeur, avec son ancienne rémunération.

Aujourd’hui, cette mesure a pour objectif de contrôler encore plus les recherches des chômeurs. Pôle emploi vérifiera de plus en plus les candidatures qu’envoient les chômeurs à travers plusieurs justificatifs comme des lettres de motivation, des CV envoyés ou des réponses à des offres. Ce renforcement des contrôles peut donc mettre dans une situation délicate ceux qui font également leurs recherches en dehors de l’agence, en discutant avec des amis, anciens collègues ou en se présentant directement aux entreprises, par exemple.

Vidéo : Retraite complémentaire : cette très mauvaise nouvelle qui vous attend pour 2019